Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2012

Michel Warschawski

Michel Warschawski, président du Centre d’Information Alternative (AIC) de Jérusalem, vient de recevoir (10/12/2012) le prix des droits de l'homme de la République française et c'est mérité.

Du coup, Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, se fend d’une lettre ouverte à Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH). Mais peu importe les aigreurs du CRIF puisque même un hebdo comme Le Point ne "frissonne pas en entendant prononcer le nom de Michel Warschawski".

Pour mesurer son engagement à défendre l’idée qu’ « Un autre Israël est possible », on pourra s’en référer à une suite d’articles parus dans Médiapart, et à quelques interviews dont celui qui suit, accordé le 5 novembre au site Alohanews :

michel warschawski,cncdh,palestine,israel

Michel Warschawski: “Israel n’existe que par la guerre”

Journaliste et membre du Tribunal Russel, Michel Warschawski contribue à la cause palestinienne en combattant l’occupation et le colonialisme organisé depuis plus de quarante ans par les gouvernements israéliens successifs.
Lors de cet entretien, il est question de la société israélienne, la politique israélienne ainsi que ses rapports avec l’Iran.

Dans le livre Un autre Israël est possible que vous avez co-écrit avec Dominique Vidal, vous mettez en lumière le mouvement des “indignés” de la population israélienne qui a planté ses tentes l’été 2011 à Jérusalem, Haïfa et Tel-Aviv. Quelles étaient leurs revendications ?

Ce mouvement qu’on appelait le mouvement des tentes ou mouvement des indignés de 2011, s’est intentionnellement limité à des revendications d’ordre socio-économiques. Les revendications étaient le droit au logement, le droit à une santé publique gratuite, le droit à l’éducation. Il s’agit de droits et pas d’une marchandise dans le cadre d’une libéralisation et d’un néo-libéralisme débridé. Il a fait l’impasse sur les questions liées au conflit en Palestine et au conflit israélo-arabe en général.

Ce mouvement s’est questionné sur les sujets de société, mais s’est bien gardé de s’exprimer sur les questions politiques bien qu’il y ait une corrélation entre les deux. Les injustices naissent en partie d’une politique ultralibérale sécuritaire qui consacre la majorité de son budget à la Défense. Votre analyse là-dessus ?

Effectivement, cette séparation entre le social d’un coté et le politique de l’autre est une scission totalement artificielle loin de la réalité. Pour satisfaire les revendications du mouvement, il faut faire des choix politiques! Il faut réduire substantiellement le budget militaire. Il faut arrêter de subventionner les colonies. C’est la faiblesse du mouvement, il fallait lier les deux et ne pas se focaliser sur l’aspect économique. Le mouvement devait dénoncer une classe politique qui a fait le choix de l’occupation coloniale depuis maintenant quarante ans.

Quel est votre rapport à l’État d’Israël ?

Je suis citoyen israélien. Je me sens totalement impliqué comme citoyen, comme père, comme grand-père dans cette société israélienne tout en étant radicalement critique non seulement de la politique menée par les différents gouvernements israéliens depuis qu’il existe, mais aussi envers la nature même de l’État. Israël n’est pas un état normal. Israël selon sa propre définition est un État juif dont l’objectif est de renforcer le caractère juif démographiquement parlant. C’est-à-dire l’État qui considère l’indigène, le Palestinien comme un étranger sur sa terre. Une grande partie a été expulsée de cette terre, ce sont les réfugiés. Et ceux qui sont restés sont perçus comme des locataires tolérés. Sans parler de la population occupée de Cisjordanie et de la bande de Gaza qui n’a aucun droit politique et qui vit sous administration militaire maintenant depuis plus de quarante ans.

Vous êtes président du Centre d’Information Alternative (AIC) de Jérusalem, comment ce projet a vu le jour ?

C’est un projet éminemment politique. Nous étions des militants et c’était une initiative ancienne puisque le centre a été constitué en 1984. Sa spécificité est que ce centre est composé de militants politiques israéliens et palestiniens. C’est une organisation réellement mixte de militants de la gauche palestinienne et militants antisionistes israéliens qui collaboraient depuis bien longtemps dans le combat contre le colonialisme, contre l’occupation coloniale, contre la politique de guerre.

À un certain moment, nous avons été confrontés à un déficit d’informations. Rappelons-nous qu’en Israël, en 1982, c’est la guerre du Liban, un immense mouvement antiguerre se met en place. Plus de 400.000 personnes descendent dans les rues de Tel-Aviv pour condamner les massacres. Nos amis palestiniens avec qui nous étions ensemble dans le combat politique nous disent: “Nous ne comprenons pas ce qui se passe, nous ne nous attendions pas à une telle mobilisation”. Il y avait donc une demande d’intelligibilité, de faire comprendre ce qui se passe en Israël. Et parallèlement en Palestine s’est déroulé à la même époque un nouveau phénomène à savoir l’émergence des mouvements populaires qui deviendra plus tard la première Intifada. Les mouvements de femmes, des syndicats étudiants, des syndicats ouvriers ont pris les devants de la scène. Ces derniers étaient totalement méconnus du côté israélien. Il y avait une volonté dans notre centre de faire connaître la réalité de la société palestinienne aux Israéliens, aux médias israéliens, aux faiseurs d’opinions, aux militants. Et aussi d’expliquer aux Palestiniens, de leur donner des clés de compréhension des évolutions de la société israélienne.

michel warschawski,cncdh,palestine,israel

Quelle est votre analyse sur l’actualité entre Israël et l’Iran ?

Israël a besoin d’un ennemi. Il doit être en état de guerre permanent. Sans beaucoup d’exagération, Israël n’existe que par la guerre. Israël n’est soutenu par les États-Unis (3,5 milliards $ par an) que parce qu’il joue un rôle militaire dans la région. La pire catastrophe qui puisse arriver à Israël, c’est qu’il n’y ait pas de guerre, qu’il n’y ait pas d’ennemi, pas de menace. Il s’agit donc toujours d’identifier une nouvelle menace. Nous avons eu le terrorisme qui est devenu le terrorisme islamiste et qui ensuite s’est généralisé à l’Islam. Ce n’est pas suffisant, alors on prend le Hezbollah, mais ce dernier est trop petit. Il faut trouver plus grand,  j’irai même à dire qu’il faut vendre à Washington que cet ennemi ne menace pas seulement Israël, mais menace la civilisation judéo-chrétienne tout entière. Nous arrivons à cette équation générale que la civilisation judéo-chrétienne est menacée par l’Islam représenté par la République Islamique d’Iran.

On prend les fanfaronnades, des déclarations qui parfois sont stupides de Mahmoud Ahmadinejad monnaie comptant. Le gouvernement israélien s’insurge en accusant ce dernier de vouloir détruire Israël. Alors que toute analyste sérieux vous dira que ce n’est pas vrai. Faisant d’ailleurs le jeu d’Ahmadinejad qui comme cela peut se présenter comme le seul qui maintient le combat pour défendre le droit des Palestiniens. De ce fait, Israël permet de justifier cette stratégie de guerre permanente et préventive dans la région.

Est-ce qu’au final, Mahmoud Ahmadinejad ne serait pas l’ennemi utile d’Israël ?

Tout d’abord, Mahmoud Ahmadinejad est à la tête d’une puissance régionale. Ce dernier se bat non pas contre Israël, ce n’est pas du tout son objectif. Ce dernier veut assoir la place de l’Iran comme puissance incontournable dans la région. L’ennemi d’Ahmadinejad, le vrai conflit n’est pas du tout avec Israël, mais c’est avec l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe.

Le clivage sunnite-chiite ?

Ce n’est pas essentiellement une question sunnite-chiite. C’est une question d’ordre économique et de pouvoir stratégique dans la région. L’hégémonie dans cette région, notamment dans le détroit d’Ormuz, dans la région du Golfe est extrêmement importante. Mahmoud Ahmadinejad se sert de la question palestinienne et d’une rhétorique radicalement antiisraélienne pour renforcer sa position dans la région. Il veut montrer que ses adversaires arabes en font moins que lui sur la question palestinienne. Là est véritablement l’enjeu d’Ahmadinejad. Ce n’est pas du tout la guerre contre Israël.

Je partage l’opinion des services de renseignements israéliens intelligents qui disent qu’il faut arrêter de considérer l’Iran comme un pouvoir irrationnel, que ce sont des fous, des fanatiques, ce n’est pas tout sérieux comme analyse. En Iran, il y a un agenda politique, il y a des objectifs politiques sur lesquels se greffe cette rhétorique radicale, mais qui est tout à fait rationnelle. D’ailleurs, Barack Obama l’a compris, car il entreprend des négociations avec le gouvernement iranien. C’est ce que veut l’Iran, parlez avec eux et donnez leur la place, arrêtons de les marginaliser.

Quel est l’enjeu réel de la visite de Benjamin Netanyahou dans l’Hexagone ?

Je ne crois pas qu’il y ait d’enjeux importants. C’est une opération de relations publiques. Le gouvernement d’extrême droite israélienne est assez isolé et critiqué y compris par des pays de l’Union européenne, y compris par les États unis bien que ce soit discret, élections présidentielles obligent. Le gouvernement israélien est totalement en porte à faux face aux politiques qui se dessinent en Occident.  Ces derniers essayent de se replacer dans la région du Moyen-Orient qui est en pleine mutation. Pendant ce temps-là, de nouvelles puissances s’affirment comme la Russie qui revient, la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud. Dans ce cadre-là, les États-Unis seront obligés de s’adapter à cette nouvelle réalité. Tandis que du côté du israélien, nous avons un gouvernement qui vit vingt ans en arrière. Ce dernier agit comme si le président était encore George Bush, qui est encore dans la guerre globale et préventive. Ce ne peut être la stratégie américaine d’aujourd’hui parce qu’elle a échoué et leur a couté très cher.

Il y a donc les germes d’une tension, non pas d’une remise en question de l’alliance stratégique qui unit les deux pays, celle-là est malheureusement encore présente pour longtemps. Il y a une question primordiale qui se pose: comment gérer la nouvelle donne internationale et régionale ? Benjamin Netanyahou est totalement isolé. Ce n’est pas le cas en Israël malheureusement, mais nous sommes à contre-courant de la plupart des chefs d’États européens et des Américains. Nous ne pouvons pas continuer comme cela.

Alors on essaie de montrer que tout va bien, on va faire beaucoup de photographies sur le parvis de l’Élysée. C’est une opération assez inutile. Je ne donne aucune importance à cela. Il y a quand même quelque chose d’important, l’Union européenne vient de rehausser le statut d’Israël dans les institutions européennes. Non seulement, il n’y a pas de sanctions, mais on donne une reconnaissance, un bonus à Israël. C’est rendre un très mauvais service à la population israélienne. Je crois que les sanctions, cela permet parfois d’ouvrir les yeux et de réaliser que nous sommes dans le gouffre. Nous sommes en train de nous isoler. Qu’on nous caresse dans le sens du poil quoiqu’on fasse malgré les massacres, malgré la colonisation, malgré le refus de négocier quoi que ce soit. Nous ne faisons que renforcer les mauvaises tendances.

Un mot pour Alohanews ?

Continuez ! Je pense qu’il est extrêmement important d’aider le public à avoir des clés de compréhension. Ce n’est pas l’information qui manque. Moi je ne suis pas de ceux qui lisent les journaux. L’important n’est pas de savoir, mais de comprendre. Ce que beaucoup de citoyens européens n’arrivent pas à comprendre. Qu’est ce que cela veut dire ? Il faut décrypter l’information qu’on nous donne et non l’intérioriser de façon passive.

Propos recueillis par Mouâd Salhi

Site du Centre d’Information Alternative: Cliquez ici

14/12/2012

Droit d’asile à la sauvette ?

L’association européenne pour la Défense des Droits de l’Homme s’adresse aux parlementaires européens :

Ne bradez pas les droits des demandeurs d’asile !

demandeurs d'asile,aedh

Une lettre ouverte leur est adressée qui s’appuie sur une note d’analyse
(à télécharger)

En application des objectifs fixés par le programme de Stockholm, le Parlement européen mène, depuis 2009, des travaux sur la refonte de plusieurs textes de directives et règlements afin de parvenir à l’adoption d’un régime d’asile européen commun (RAEC).

Depuis le traité de Lisbonne, il est co-législateur, avec le Conseil, sur les questions de cette nature et l’on sait que les discussions avec cette instance se sont souvent avérées difficiles. On sait aussi que la Présidence aurait souhaité parvenir rapidement à l’adoption des textes encore en cours de discussion, si possible avant la fin 2012.

Il est certain que le système d’asile européen doit être réformé. Et il doit l’être dans l’esprit du programme de Stockholm. Mais l’AEDH craint que l’urgence du calendrier institutionnel ne prime sur l’objectif de respect des droits fondamentaux des demandeurs d’asile et réfugiés.

D’où, une « Lettre ouverte » adressée à tous les membres de cette Assemblée. Elle s’appuie sur « une note d’analyse » où sont développés plusieurs points particulièrement préoccupants dans les projets actuels de refonte des directives et règlements et sur lesquels il est nécessaire d’attirer l’attention.

L’objectif étant que l’Union européenne se dote d’un système d’asile digne et respectueux des droits des personnes qui requièrent une protection internationale.

L’AEDH

12/12/2012

Pour « les pré-fêtes »

Pour remercier madame la préfète à l’égalité des chances qui, dans les Bouches du Rhône, se donne tant de mal pour faire respecter la loi et les ordres de son ministre, ce film réalisé par un terroriste notoire : Tony Gatlif…

Ignorant l’injonction qui vise à prévenir d’éventuelles sanctions "l’indiscrétion" qu’il y aurait à contester   quelque mesure toute et rien que "sécuritaire" (du type « délocalisations faites aux roms »), lui fait suite et l’accompagne pourtant et par ailleurs une lettre dont la teneur porte la marque de la très haute considération dans laquelle on peut tenir les exécuteurs des basses œuvres sociales libérales, pour lesquels la défense des droits de l’homme est si évidemment inaliénable !

 

A l’attention de :
Madame la Préfète à l’égalité des chances

Préfecture des Bouches-du-Rhône.
Copie : Monsieur le Préfet Régnier

Marseille, le 11 décembre 2012

Madame,

Dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 décembre, par des températures en-dessous de zéro, vous avez fait procéder à l'évacuation du site du chemin des tuileries qui était occupé depuis 6 mois par des familles Roms extrêmement précaires. Cette évacuation s'est déroulée dans une grande précipitation, sans interprète et, de fait, dans un climat de violence qui n'a échappé à aucun des témoins présents. L'opération était manifestement commandée par le souci urgent de dégager votre responsabilité ainsi que celle de la Mairie de Marseille, et ce, à la suite du rapport d’expertise que vous avez diligenté, qui a fait état d’un risque imminent d'effondrement du hangar - risque qui n’avait pas été signalé lors de la précédente évaluation...

Conformément à la procédure, vous avez mis à disposition des familles un gymnase pour trois ou quatre nuits. Lundi 10 décembre, journée mondiale des droits de l'homme, les familles frigorifiées n’ont pu pénétrer que tardivement dans le gymnase et ce, après une longue journée d’errance et d’incertitudes quand à la possibilité que leur soit proposé un abri. Ce matin, mardi 11 décembre 2012, les familles expulsées ont du quitter le gymnase sans aucune assurance de disposer d’un abri le soir venu.

Les associations signataires de ce courrier sont inquiètes des conséquences de vos décisions.

La simple humanité mais aussi la perspective de températures négatives ces prochaines nuits et l’arrivée de l'hiver  imposent de prévoir pour ces enfants et ces familles une mise à l'abri effective jusqu'à ce qu'une solution de relogement pérenne soit trouvée.  A cette fin, un relogement pourrait prendre la forme d'une réquisition d'immeuble vacant comme le suggérait hier la ministre du logement, Mme Cécile Duflot.

Par ailleurs, la circulaire du 26/08 suggère l'humanisation des procédures d'expulsion ainsi que la mise en place d'une politique d'intégration. Cette circulaire s'impose à tous et nécessite une anticipation et des procédures contraignantes qui tendent à retarder l'échéance en permettant l'amorce d'un travail de fond.

Nous regrettons que vous contourniez ces difficultés par l'usage quasi systématique de" l'évacuation pour péril". Cette attitude qui accélère les déplacements et précarise chaque fois davantage les familles est de nature à compromettre  le travail souhaité par le gouvernement, travail coordonné par la Préfet Alain Reigner.  Vous savez comme nous que l'humanisation des sites et l'effort d'intégration des familles ne peut aller de pair avec la perpétuelle errance induite par ces déplacements forcés.  Les processus d'accompagnement sanitaire, la scolarisation, l'accès à l'emploi et aux droits sociaux ne peuvent être engagés qu'au prix d'une stabilisation de l'habitat. Les expulsions anticipées et encadrées y contribuent un peu alors que les évacuations précipitées comme celle de vendredi soir la compromettent gravement.

Nous sommes conscients de la difficulté de votre tâche et nous sommes prêts à vous soutenir et à vous aider dès lors que vos actions s'inscriront plus clairement dans la perspective dessinée par la DIHAL sous l'autorité de Mr Alain Reigner, mais pour l'heure nous sommes inquiets.

Signataires:

  • Médecins du Monde Marseille / Dr Philippe RODIER
  • Fondation Abbé Pierre / Mr Fathi BOUAROUA
  • Emmaüs Pointe Rouge / Mr Kamel FASSATOUI
  • Rencontre Tsiganes / Mr Jean-Paul KOPP
  • Ligues des droits de l’homme / Mr Bernard EYNAUD 

30/11/2012

« Régularisations » : tout ça pour ça !

Le ministre de l’Intérieur vient de présenter, au Conseil des ministres, le projet de circulaire dite de « régularisation ». La Ligue des droits de l’Homme condamne à la fois la méthode employée et le contenu des critères retenus envers l’ensemble des catégories d’étrangers qui auraient pu en être bénéficiaires.

La méthode choisie renvoie malheureusement les associations et les syndicats à une place de dupes. Alors qu’un temps long avait été donné avant la publication de ce texte, parce qu’il semblait nécessaire à la discussion et à la confrontation tant avec les organisations associatives que syndicales, il n’a guère été tenu compte des propositions alternatives qu’elles opposaient à celles défendues dès le départ par le ministère.

Sur le fond, la logique des critères pour obtenir un titre de séjour est particulièrement restrictive. En fixant des chiffres très élevés de présence constatée, la circulaire apporte certes des améliorations par rapport à la situation précédente et ouvre la possibilité d’un nombre notable d’issues positives, mais pas dans les catégories les plus difficiles. Que ce soit pour les enfants et les jeunes majeurs en cours d’études, pour leurs familles, que ce soit pour les salarié(e)s, les durées demandées sont incompatibles avec la réalité des demandes déposées ou exprimées. De plus, les autres conditions demandées ajoutent une très rigoureuse limitation des situations éligibles à la régularisation, telle l’exigence de bulletins de salaire sur toute la durée de référence.

régularisations

Le ministère dit avoir voulu fixer des critères stables et pérennes applicables par toutes les préfectures. On ne peut qu’apprécier cette orientation. Mais compte tenu des critères retenus, rien ne garantit que l’arbitraire des préfectures ne puisse perdurer, sachant que l’éloignement du territoire demeure la règle. Il est de la responsabilité du ministère de l’Intérieur de s’assurer que les dérives de ces dernières années cessent.

Pourtant, l’attente d’une politique différente de celle du gouvernement précédent était forte. Cette circulaire avait suscité un grand espoir, notamment pour les familles, les jeunes et les travailleurs sans papiers. Cet espoir est largement déçu.

Alors qu’elle a été reçue à plusieurs reprises au ministère de l'Intérieur, soit en son nom propre, soit au sein des collectifs qui luttent pour les droits des étrangers, la LDH entend réaffirmer la nécessité d'un débat sur l'immigration, et d'une réforme législative du droit au séjour, du droit d'asile et du contentieux de l'éloignement respectueuse des droits fondamentaux.

 

27/11/2012

Palestine - ONU

Cinq jours après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, à un moment où l'on retient son souffle de peur de voir fondre ce fragile espoir de paix comme un sucre dans un verre d’eau, le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal annonce qu’il soutient la demande palestinienne à l’ONU. Ce jeudi à New York, les Palestiniens demanderont le statut d’Etat observateur non-membre de l’ONU.

Palestine, 194èm état à l'ONU    

De son coté, oh surprise !, la France votera cette semaine en faveur de l’octroi d’un nouveau statut rehaussé de la Palestine à l’ONU -celui d’Etat observateur-, a annoncé mardi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

«Ce vote, nous allons le faire avec cohérence et lucidité. Vous savez que depuis des années et des années, la position constante de la France a été de reconnaître l’Etat palestinien. C’est la raison pour laquelle jeudi ou vendredi prochain, quand la question sera posée, la France répondra « oui » par souci de cohérence», a déclaré Laurent Fabius, devant les députés.

Les Palestiniens, qui ne sont actuellement à l’ONU qu’une simple «entité observatrice», ont annoncé leur intention de demander jeudi devant l’Assemblée générale de l’ONU un statut d’Etat non-membre.

Le ministre a rappelé que cette position constante de Paris en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien avait été exprimée en 1982 devant la Knesset par l’ex-président socialiste François Mitterrand. Elle avait été réaffirmée l’an dernier sous la présidence de Nicolas Sarkozy (droite) lors de l’admission de la Palestine à l’Unesco et figurait dans le programme de campagne présidentielle du candidat François Hollande.

«Mais, en même temps, il faut faire preuve de beaucoup de lucidité, d’une part parce que le texte (de la demande palestinienne) est actuellement en discussion et d’autre part parce que le moment où cette question va être proposée est très délicat», a poursuivi Laurent Fabius.

Le ministre a évoqué à cet égard le cessez-le-feu «extrêmement fragile» à Gaza, la perspective des élections israéliennes et le changement prochain de l’administration américaine.

«C’est seulement par la négociation -que nous demandons sans conditions et immédiate- entre les deux parties qu’on pourra aboutir à la concrétisation d’un Etat palestinien. Si l’on est à la fois cohérent et lucide, à ce moment-là, on travaillera pour la paix», a-t-il conclu.

La semaine dernière, Laurent Fabius, s’exprimant devant le Sénat, avait déjà laissé entendre qu’il était plutôt favorable à ce changement de statut pour les Palestiniens alors que la présidence française semblait jusqu’alors plutôt encline à choisir l’abstention. Fidèle soutien d’Israël, les Etats-Unis, eux, sont catégoriquement opposés à la démarche palestinienne à l’ONU.

(AFP)

22/11/2012

Du 25 novembre... au quotidien

Les Nations unies, qui ont fait du 25 novembre la Journée internationale contre les violences envers les femmes, avaient adopté, en 1994, une résolution sur l’élimination de ces violences.

Elle affirmait que «la violence à l’égard des femmes traduit des rapports de force historiquement inégaux entre hommes et femmes, lesquels ont abouti à la domination et à la discrimination exercées par les premiers et freiné la promotion des secondes, et [qu’]elle compte parmi les principaux mécanismes sociaux auxquels est due la subordination des femmes aux hommes.»

Les luttes féministes ont progressivement fait entrer cette question dans le domaine politique, réclamant un traitement politique. Elles ont fait admettre qu’il ne s’agit pas de déviances occasionnelles d’individus présentant des troubles agressifs, mais véritablement du symptôme le plus grave d’un système de domination séculaire et universel.

L’opinion réprouve l’usage du viol comme arme de guerre au Congo, la lapidation des femmes adultères en Iran, l’agression de fillettes qui revendiquent leur scolarisation en Afghanistan ou au Pakistan. Ces violences extrêmes doivent être dénoncées, combattues et condamnées. Mais, même si tout cela est très loin de la France, on ne peut mesurer l’état de l’égalité des droits à l’aune des pires situations. Il suffit de connaître le quotidien de la police, de la justice et des associations concernées pour voir qu’il n’en est rien. Les chiffres sont connus, mais très inférieurs à la réalité : par exemple, les soixante-quinze mille viols recensés chaque année ne représenteraient que 10 % du chiffre réel, la majorité des femmes victimes craignant de porter plainte. Mais la presse et l’opinion ne s’émeuvent que dans les cas outranciers, comme celui du procès récent de Créteil, lui-même violence infligée de nouveau aux deux victimes.

Une loi de lutte contre les violences a été adoptée en juillet 2010 : mais elle est incomplète, uniquement répressive, avec une ordonnance de protection mal connue et mal appliquée, sans formation des professionnels concernés et sans moyens. Le gouvernement actuel annonce vouloir une nouvelle loi et la création d’une instance nationale de lutte contre les violences.

La Ligue des Droits de l'Homme approuve cette volonté si la loi comporte un véritable volet préventif et éducatif, mobilisant les médias et l’Education nationale ; et si sont mis en place les moyens de son application réelle, à commencer par la formation des personnels judiciaires, une aide suffisante aux associations en charge des femmes victimes et des mécanismes de contrôle de l’application de la loi. Elle rappelle, enfin, que cette loi doit s’appliquer à toutes les femmes, y compris les étrangères non communautaires et les prostituées. Elle souhaite une forte volonté politique pour que soit mise en œuvre une loi complète et ambitieuse. Il ne s’agit rien de moins que d’avancer dans la transformation des rapports sociaux vers plus d’humanité, de justice et d’égalité.

La LDH célèbrera le 25 novembre en tenant une université d’automne sur la jeunesse, sa place dans la société et son attente de l’égalité entre les femmes et les hommes.

25 novembre, violences faites aux femmes  

Te doy mis ojos traite de la violence conjugale. Autant dire le genre de sujet à manipuler avec précaution dès lors qu’on sort du champ documentaire. Le résultat est très intéressant, car la réalisatrice a choisi de bons angles d’approche .Par exemple, essayer de comprendre les deux parties, les traiter quasiment sur un pied d’égalité. Et puis prendre le sujet à bras-le-corps : pourquoi Pilar (Laia Marull) supporte-t-elle depuis près de dix ans les violences de son mari Antonio (Luis Tosar) ? Pourquoi ce dernier, malgré sa tentative de soins thérapeutiques, ne parvient-il pas à se contrôler ? Ne pas donner de réponse, se demander aussi comment. Et surtout choisir de montrer avec une économie de moyens qui se révèle très efficace. Les acteurs sont tous, jusqu’aux plus petits rôles, remarquables de justesse, et il faut saluer la performance de Laia Marull et Luis Tosar. Ils incarnent parfaitement celle qui donne ses yeux et celui qui ne peut ou ne veut rien voir.

16/11/2012

Renoncements, reniement, impasse

Communiqué de la section LDH de Manosque & du bassin manosquin :

La Ligue des Droits de l’Homme de Manosque prend acte des renoncements successifs du gouvernement "JM. Ayrault". Elle constate que ces renoncements ne sont aucunement assimilables à une politique dite « de gauche » et ne sont pas « fortuits » comme voudrait le faire entendre le président de la République.

Il en va ainsi des mesures coercitives à l’encontre de minorités abandonnées à une xénophobie inculte et aveugle, de l’injustifiable arrestation de la militante basque Aurore Martin, comme des incessants OQTF (Ordres de Quitter le Territoire Français) ou du report sine die du droit de vote des étrangers non communautaires.

S’ajoutant à ces renoncements, la LDH prend acte de surenchères, telles que celle consistant à instaurer une nouvelle procédure spécifique applicable aux étrangers et permettant, pendant un délai de seize heures au lieu de quatre, de « retenir » une personne afin de vérifier son droit au séjour.

reniement,renoncement, impasse    
(Illustration de Killoffer, paru dans Libération du 10 juin 2011    )

Par ailleurs et comme on aurait pu s’en réjouir, le « délit de solidarité » n’est pas supprimé mais encadré par une nouvelle immunité définie de façon restrictive.

Concernant le projet de loi de finance pour 2013, la LDH s’insurge notamment du fait de la délivrance d’un titre de séjour moyennant une somme de plus de 700 euros. Ce montant est bien entendu exorbitant pour des personnes en situation de grande précarité et qui ne souhaitent qu’une chose : régulariser leur situation administrative pour ne pas enfreindre la loi.

Ces renoncements ne sont ni économiquement nécessaires, ni humainement acceptables, ni susceptibles de renflouer l'estime de ceux qui en sont à l’origine.

Enfin et d’une façon générale, la LDH de Manosque ne voit dans les mesures d’austérité sous-entendues dans le projet de loi de finances 2013 qu’une façon d’aggraver inégalités et injustices tout en livrant la démocratie à l’impasse de la droite extrême.

Dans ces conditions, rien ne pouvant justifier le démantèlement des droits fondamentaux, la Ligue des Droits de l’homme doit nécessairement se renforcer !  


14/11/2012

Sans surprise,... Haïti

La reprise des expulsions vers Haïti depuis la Guyane a toutes les chances de passer inaperçue. A la manœuvre l’aboyeur de Beauvau couvert par la meute réunie en conclave pour une conférence de presse désolante de platitudes. Convenues. Sans surprise.

Expulsions vers haïti

Dans un communiqué du collectif Mom (Migrants Outre-Mer) dont est membre la LDH, il est annoncé que depuis le 14 octobre 2012, au moins douze ressortissants haïtiens ont été placés au centre de rétention administrative en vue de leur expulsion vers Haïti. Parmi eux, un Haïtien dont la naissance de son enfant français est prévue début décembre, un homme de 50 ans vivant en Guyane depuis 1998 auprès de sa soeur de nationalité française et n’ayant plus d’attache en Haïti ou encore un jeune homme ayant déposé le matin même une demande d’asile à la Préfecture de Guyane.

Deux semaines auparavant, la Guyane appliquait toujours le moratoire mis en place suite au séisme de janvier 2010. Les reconduites de personnes d’origine haïtienne étaient effectivement suspendues jusqu’alors par solidarité envers le peuple haïtien. Tout comme le Préfet de Guadeloupe en juillet 2011, le Préfet de Guyane se serait engagé, dans ce nouveau cadre, à renvoyer uniquement les Haïtiens sans charge de famille et « non vulnérables ». Ces engagements n’ont, malheureusement, pas été tenus en Guadeloupe - où de nombreux pères de famille, personnes âgées et malades ont été expulsés vers Haïti- ce qui laisse craindre, qu’en Guyane également, les autorités françaises expulsent des personnes vulnérables et protégées de ces mesures d’éloignement par le droit français.

La fin de la suspension des éloignements depuis la Guyane intervient au moment même où Haïti - qui continue à gérer douloureusement les effets catastrophiques du séisme du 12 janvier 2010 - doit panser le passage dévastateur de la tempête Sandy qui a provoqué de nombreux morts et aggravé davantage encore la situation sanitaire et sociale du pays. Un premier bilan fait état de la destruction de nombreuses denrées alimentaires entrainant une possible famine, la destruction d’habitations laissant près de 20 000 personnes supplémentaires sans abri et une aggravation de la crise sanitaire laissant craindre une augmentation de l’épidémie de choléra déjà présente.

Une question parlementaire, adressée à l’ancien gouvernement en mars 2012 puis relancée auprès du nouveau gouvernement en août, sollicite les raisons de la reprise des éloignements vers Haïti depuis les Antilles françaises. Or à ce jour, aucune réponse n’a été fournie à nos élus.

Nos associations s’alarment de cette reprise, d’autant plus dans un contexte de nouvelle catastrophe naturelle ayant ravagé ce pays. Aussi, nous continuons de réclamer l’arrêt total des éloignements vers Haïti et son respect par l’ensemble des préfets.

Cayenne, Paris, Port au Prince, le 8 novembre 2012

12/11/2012

Les pigeons sont de bien sales cons !

Métaphore ou allégorie, certains pigeons ne sont vraiment pas comestibles  !

Jean-David Chamboredon, patron du fonds des entrepreneurs internet Isai et porte-parole des "Pigeons", annonce dans cette cinquième et dernière tribune, que le mouvement des #geonpi a décidé de stopper toute activité sur les réseaux sociaux à partir du lundi 29 octobre 2012 minuit. Son constat reste pourtant le même : il met en garde contre les effets "anti-croissance et récessifs" de la réforme "improvisée" du gouvernement qui en l'état, "propagerait un virus mortel pour les bébé-entreprises".

pigeonsEt finalement … Bercy a consenti à assouplir le régime initialement prévu en matière de taxation des plus-values. Etonnant, non ?
Mais quelles sont les maladies susceptibles d’être transmises à l’homme par les pigeons ?

De nombreux microbes (bactéries, levures, virus, …) peuvent être hébergés par les pigeons comme par toute espèce animale. Certains d’entre eux sont susceptibles de transmettre une maladie à l’homme qui les élève ou les héberge. Parmi ceux ci, les plus fréquemment isolés chez les pigeons d’élevage sont des salmonelles (Salmonella tiphymurium var Copenhaguen), des levures (Candida albicans). Par contre, les chlamydies de l’ornithose sont rarement isolées. Quant aux Campilobacter, on ne les isole jamais car,…. on ne les recherche pas puisque qu’il ne sont pas responsables de maladie chez le pigeon. Le virus de West Nile qui sévit aux Etats Unis ne semble pas avoir fait son apparition en France sur la population de pigeons sauvages ou domestiques. Il faut ajouter à cette liste une maladie non infectieuse : « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux » qui est une maladie d’origine allergique.

Campilobacter jejuni est très fréquemment retrouvé dans le tractus digestif des volailles (jusqu’à 80% dans les élevages de poules pondeuses avec jusqu’à 25% des œufs contaminés par les fientes à la surface de la coquille). Cette bactérie est responsable d’une zoonose (= maladie d’origine animale et transmissible à l’homme) : la consommation de viande de volailles représente un risque très significatif dans l’apparition des diarrhées humaines dues à Campylobacter jejuni. La maladie peut se transmettre également lors de la manipulation des carcasses par les employés des abattoirs.

Dans une étude datant de 1999 sur des pigeons parisiens, Candida albicans a été isolé dans 68% des jabots mais seulement 20% des intestins. Si la maladie candidose existe chez l’homme, on ne peut pas dire que celle ci soit transmise par des contaminants extérieurs. C’est plus un terrain immunodéprimé (SIDA) ou des facteurs locaux qui favorisent l’implantation des levures sur la peau ou, plus souvent,  sur les muqueuses digestives, génitales,….

Chlamydia psitacci est responsable de l’ornithose chez le pigeon (psittacose chez les perroquets et…. chlamydiose chez l’homme). Attention cependant à ne pas confondre l’ornithose avec d’autres chlamydioses humaines (Chlamydia trachomatis) ou animales (Chlamydia felis chez le chat). Bien que certaines enquêtes sérologiques semblent montrer une large diffusion de la bactérie parmi les populations sauvages de pigeons, quand j’utilise des techniques modernes de recherche de la bactérie (PCR) je n’en trouve que très rarement dans les pigeons d ’élevage. Pour des raisons budgétaires, cette technique de recherche n’a pas été utilisée dans les études concernant les populations de pigeons sauvages.  Chez le pigeon, la bactérie donne des signes de coryza (inflammation des voies respiratoires) mais aussi des troubles de la reproduction (mortalité en coquille, mortalité au nid) et des arthrites. Chez l’homme, la bactérie est responsable d’un syndrome grippal voire d’une grave pneumonie. Cependant, le traitement adapté (Doxycycline) permet de guérir rapidement les personnes atteintes. La maladie se transmet par voie aérienne essentiellement lors du nettoyage des colombiers, dans des colombiers mal ventilés ou encore lors de la manipulation de carcasses en abattoir. Mais, je n’ai eu connaissance que de très peu de cas de cette maladie chez les éleveurs de pigeons. Cependant, lors de syndrome grippal ne guérissant pas spontanément (ou après traitement antibiotique non spécifique de la chlamydiose) en quelques jours, il faut envisager l’hypothèse de la chlamydiose chez les éleveurs d’oiseaux.

Salmonella tiphymurium var Copenhaguen est très régulièrement isolés dans des élevages dans lesquels sévit la paratyphose. C’est même une « dominante pathologique » et la maladie est un motif de consultation extrêmement fréquent. Des salmonelles sont régulièrement responsables de Toxi Infection Alimentaire Collective chez l’homme suite à la consommation de mayonnaise, glaces,….. dans lesquelles des œufs non cuits sont incorporés. La maladie chez l’homme apparaît toujours après ingestion d’aliments contaminés et non pas par simple contact. Pour cette raison, et bien que la maladie soit très fréquente dans les élevages de pigeons, je n’ai jamais observé de transmission de la maladie  aux éleveurs de pigeons. Il faut ajouter que les œufs de pigeons ne sont généralement pas consommés, en tous cas, s’ils le sont, ils sont cuits; que la viande de pigeon se mange bien cuite (par rapport au bœuf) et enfin que la salmonellose du pigeon est assez spécifique et est probablement peu pathogène pour les autres espèces animales.

Probablement, la maladie la plus fréquemment rencontrée chez les éleveurs d’oiseaux et de volailles et la « maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux ». Cette maladie mérite une attention toute particulière. 
Il s’agit d’une maladie d’origine immunitaire; c’est une allergie aux poussières et autres particules véhiculées par les oiseaux (tous comme certains individus sont allergiques au poil de chat). La maladie évolue sous une forme aiguë ou chronique. Dans la forme aiguë, l’ éleveur ressent une gêne respiratoire dans les 10’ qui suivent son entrée dans le colombier. Cette gêne est aggravée lors du nettoyage des installations. Il suffit de quitter le colombier pour recouvrer la bonne santé en quelques heures. Cette forme de la maladie est donc facile à diagnostiquer. La forme chronique est plus sournoise car les signes n’apparaissent qu’après une longue période d’exposition et entraîne petit à petit des lésions irréversibles du poumon qui perd progressivement ses fonctions d’oxygénation du sang. Le meilleur conseil que l’on puisse donner à des éleveurs atteints de cette maladie et de ne plus entrer du tout dans les colombiers, les poulaillers,… Il est également possible de porter systématiquement un masque respiratoire adapté à cette maladie. Mais, la « corvée » de nettoyage doit obligatoirement être confiée à une personne non sensible à ces allergènes.

Depuis peu, durant l’année 2003 et 2004, on reparle de grippe aviaire qui peut se transmettre à l’homme. Des cas ont été répertoriés en Thaïlande et aux Pays Bas. Ces maladies évoluent sous forme d’épidémie dans les poulaillers et touchent de très nombreux élevages d’une même région. Les personnes travaillant dans ces poulaillers peuvent être contaminés par le virus. Le pigeon n’a jamais été incriminé dans ces épidémies

Cryptococcus neoformans est la levure responsable de la maladie Cryptococcose. Ce champignon est hébergé par de nombreuses espèces de volailles, dont les pigeons, sans qu’il engendre des signes cliniques de maladie.  L’homme peut se contaminer par respiration de fientes contaminées. Si ses défenses immunitaires sont défaillantes, la levure pourra se développer en nodules fongiques dans les poumons et dans d’autres organes. Si les foyers pulmonaires sont peu graves, la dissémination de la maladie dans les autres organes est beaucoup plus difficile à soigner. Cependant, il faut qu’il y ait une réelle promiscuité entre les pigeons et l’homme pour que les fientes contaminées puissent être inhalées et il faut une grave défaillance du système immunitaire pour que la maladie puisse se développer chez l’homme. Pour ma part, je n’ai jamais été contacté par des éleveurs de pigeons pour cette maladie.

Si des personnes devaient craindre la transmission de maladies par les oiseaux, ce seraient d’abord ceux qui sont en contact étroit et quotidiens avec ceux-ci et donc, tout particulièrement, les éleveurs d’oiseaux. Dans ma pratique quotidienne je rencontre assez souvent des éleveurs allergique et atteints de « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux », je n’ai rencontré que très rarement des éleveurs atteints de la chlamydiose. Par contre, je n’ai jamais rencontré de personnes ayant eu une affection digestive à Campilobacter, à salmonelles ou à Candida en rapport avec la possession de pigeons. Le risque d’attraper des maladies d’origine aviaire pour de simple passants en ville est donc négligeable.

Copyright © 2012 VETPIGEON. Tous droits réservés.

10/11/2012

Attendre ?... Encore ?

« J’ose dire avec des millions d’hommes que la grande paix humaine est possible. »
Jean Jaurès

Quatorze Conseils généraux ont pris position pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple : l’Aisne (le 16/04/2008), l’Allier, l’Ardèche, la Corrèze, le Doubs (en octobre 2008), la Haute-Garonne, l’Hérault, la Loire, l’Oise, le Rhône (le 25/11/2011), la Haute-Saône, la Somme, l’Essonne (le 21/11/2011), la Nièvre (le 25/06/2012).

Attendons toujours que le président de la République soit fidèle aux principes défendus par l'ancien président du Conseil Général de Corrèze ! Mais on peut en douter.

fusillés pour l'exemple  

« Le Bihan était né dans un hameau où on ne parlait que le breton. Il ne savait pas le français du tout. Le peu qu’il avait appris à l’école, il l’avait oublié entièrement. Il était aussi ignorant qu’on puisse l’être, ce qui ne fût pas arrivé si on l’avait instruit dans sa langue. Il le disait, et ne comprenait pas pourquoi on ne l’avait pas fait, puisque l’institutrice, bretonne comme lui, savait naturellement le breton. Mais il était interdit à l’institutrice de parler le breton à l’école…

Il partit dès le premier jour…Un matin, le soldat Le Bihan tiraillait derrière un bosquet, quand vint l’ordre de se porter en avant. Comme il s’élançait, une balle lui traversa la main droite de part en part. Il n’en continua pas moins de courir. Mais quand, de nouveau couché par terre, il voulut recommencer à tirer, il ne le put, et le capitaine lui donna l’ordre de rejoindre le poste de secours le plus proche. Il se mit en route et après quelque temps arriva au poste ou il montra sa blessure à un major, qui parut extrêmement intéressé…Le major lui posa diverses questions, auxquelles Le Bihan ne répondit pas, ne les ayant pas comprises. Le major n’insista pas. D‘une part, il n’avait pas de temps à perdre, et, d’autre part, il avait ses idées arrêtées sur la discipline aux armées, et la manière de la faire observer. Il griffonna quelque chose sur un bout de papier, qu’il remit à Le Bihan, et donna l‘ordre a un planton de le conduire plus loin à l’arrière, ce qui fut fait …. Le Bihan se laissa conduire où l’on voulut …. Or, aussitôt « remis aux autorités » et le billet du major déchiffré, le soldat Le Bihan fut conduit au poteau et fusillé. Accusation : « blessure volontaire à la main droite. »

 

Communiqué LDH du 20 août 2012 :

La LDH, dont le combat pour la réhabilitation des victimes des tribunaux militaires, qui a commencé pendant la guerre elle-même, a constitué son deuxième grand combat historique après celui pour la réhabilitation de Dreyfus, considère qu’il n’est pas achevé.

Après le discours important du Premier ministre Lionel Jospin le 11 novembre 1998 à Craonne, elle estime que les propos du président Sarkozy à Douaumont en 2008 et à l’Etoile en 2011 ne sont qu’une réponse partielle. Et qu’il faut passer à une autre étape, celle de la réhabilitation effective des nombreuses victimes des conseils de guerre et autres fusillés pour l’exemple du fait de l’arbitraire militaire durant la Grande guerre. Elle ne veut pas qu’on referme ce dossier avant qu’il n’ait été véritablement ouvert. Pour elle, une véritable réhabilitation ne peut reposer uniquement sur une nouvelle déclaration présidentielle.

Ses propositions se situent dans le prolongement de la lutte qu’elle a menée durant des décennies, qui a obtenu, avant la fin de la guerre et surtout après, entre 1919 et 1935, des réhabilitations par des annulations des condamnations en appel ou en cassation et le vote de cinq lois qui ont permis des amnisties. Puis, afin de lever des décisions que la Cour de cassation n’avait pas voulu annuler, l’installation d’une cour spéciale de révision qui a pu lever des condamnations symboliques comme celle des « caporaux de Souain », dont l’instituteur Théophile Maupas dont le cas avait été défendu avec acharnement par sa veuve, Blanche Maupas, en lien étroit avec la LDH.

Les propositions de la LDH ont été élaborées notamment en liaison avec le général André Bach, chef du service historique de l’armée de terre de 1997 à 2002, qui a été auditionné par le Comité central en février 2010.

La question a été opportunément relancée ces dernières années, grâce à la campagne menée avec force, depuis 2007, par la Libre Pensée, dont la LDH est proche et avec laquelle elle mène de nombreuses initiatives communes. Elle souhaite, quant à elle, qu’on ne se limite pas à une minorité de cas, les quelques 600 cas d’exécutions par fusillade après condamnation par un tribunal militaire. Il faut s’efforcer d’établir les faits sur le plus grand nombre possible des cas de fusillés pour l’exemple, y compris ceux, les plus nombreux, de militaires qui l’ont été sans condamnation judiciaire, ce qui ne peut être que le travail d’une commission dans la perspective du centenaire de 1914. Plus de 2 000 autres condamnations à mort ont été commuées en peines de travaux forcés ou « travaux publics », c’est-à-dire de déportation judiciaire dans les colonies, dont de nombreux soldats ne sont jamais revenus, tous comme d’autres, qui ont été condamnés directement à ces peines. En outre, surtout en 1917, des « mauvais sujets » (près de 2000 hommes ?) ont été prélevés au sein des régiments « mutinés », et victimes, sans jugement, de déportation dans les colonies. D’autres soldats, tout au long de la guerre, ont été victimes d’exécutions sommaires, qui paraissent particulièrement nombreuses parmi les étrangers engagés volontaires et les troupes coloniales.

Par ailleurs, sa connaissance du droit lui apprend que, pour ce qui est des condamnations prononcées, seule une grâce peut être collective (qui dispense de l’exécution de la peine, sans lever la condamnation). Une loi d’amnistie n’efface pas une condamnation. L’acte de réhabilitation ne peut pas relever d’une loi. Une loi peut en revanche installer, en le motivant par une reconnaissance civique et morale, un processus qui conduirait à des réhabilitations judiciaires. La réhabilitation judiciaire, qui implique l’annulation des condamnations, ne peut être que le résultat d’une série de décisions individuelles qu’une commission peut préparer, en transmettant à la Cour de cassation un ensemble de cas qu’elle aura examinés, en vue de la levée des condamnations prononcées sans nouveau jugement, comme dans le cas de son arrêt Dreyfus. Cela seul peut assurer une véritable réhabilitation, permettre l’inscription « mort pour la France » sur les registres d’état-civil, et encourager, si cela n’a pas encore été fait, celle de leur nom sur les monuments aux morts.

De nombreuses familles veulent savoir ce qu’il est advenu durant cette guerre à leurs ancêtres mobilisés qui n’ont pas eu la mention « mort pour la France ». 140 000 militaires français morts durant la guerre n’ont pas eu droit à la mention « mort pour la France ». Pour permettre que la vérité soit dite sur le plus grand nombre possible de faits et qu’intervienne le plus grand nombre possible de réhabilitations correspondant à toutes ces injustices, la LDH demande donc qu’une commission installée par une loi puisse donner aux familles le maximum de renseignements sur les circonstances de la disparition de soldats qui étaient leurs aïeux et permette que les condamnations arbitraires soient effectivement cassées sans renvoi.

Pour éviter toute réponse réductrice et limitée, qui refermerait ce dossier avant même qu’il ait été étudié et rendu public, l’objectif d’une telle commission serait de s’efforcer de faire la lumière sur le plus grand nombre possible de ces faits. Une telle commission pourrait rassembler des historiens, des juristes, des représentants d’associations et du Service historique de la Défense, pour examiner les cas soumis par des familles, des associations ou que des travaux de recherche auraient révélés. Au-delà de la reconnaissance politique pleine et entière de ce qui reste une honte pour l’armée française, telle est la demande que formule, pour sa part, la Ligue des droits de l’Homme, en liaison avec des historiens et des représentants d’associations d’anciens combattants. 

28/10/2012

Un monde sans humains

Dans les coulisses de Métropolis,

un monde sans humains,libertariens,lavage de cerveau  

« (…) Pour dominer, la violence ne suffit pas, il faut une justification d’une autre nature. Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron –, elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux. » Noam Chomsky  , août 2007

Extrait du documentaire diffusé sur ARTE :

Dans le sillage des économistes cherchant encore et toujours à creuser l’écart entre économie virtuelle et économie réelle, les libertariens, partisans de l'anarcho-capitalisme, ultralibéralisme déchaînés, prêchent pour une nouvelle religion transhumaniste qui vise à la disparition de l’Humain, à sa négation !

La science fiction est largement dépassée. Enterrés Métropolis, 1984 et les scénarios sombres.

C’est encore plus surement mortel que l'extrême droite version FN ou Génération Identitaire.

27/10/2012

La logique sécuritaire perdure

Communiqué LDH

Le projet de loi relatif à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme, adopté par le Sénat, et qui doit être prochainement présenté devant l’Assemblée nationale, témoigne de la persistance des gouvernements successifs à vouloir restreindre le champ des libertés sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

L’article 1 du projet de loi prolonge des dispositions adoptées par la loi du 23 janvier 2006 jusqu’en 2015. Adoptées pour un temps limité afin de lutter contre le terrorisme, elles sont systématiquement détournées de leur objet pour participer à la lutte contre l’immigration clandestine (contrôles d’identité à bord des trains internationaux). Par ailleurs, elles autorisent de manière extensive l’accès, en principe réservé à l’autorité judiciaire, des agents de police administrative à des données personnelles (accès aux fichiers administratifs, réquisition de données relatives à des communications électroniques).

Les mesures provisoires et d’exception tendent ainsi à devenir le droit commun.

L’article 3 prévoit, quant à lui, d’imposer à un délai guillotine à la Comex (Commission d’expulsion). Alors que les retards pris dans certains dossiers ne peuvent s’expliquer que par les carences de l’Etat (disponibilité des membres de la Comex, dossier de la préfecture incomplet), celui-ci en tire la seule conséquence de profiter de ses propres manquements pour vider la Commission de ses prérogatives. Concrètement, cela revient à abolir le droit à la personne menacée d’expulsion à voir sa situation étudiée par une commission indépendante.

terrorismeCette « expropriation » est d’autant moins justifiée que la loi prévoit déjà qu’en cas d’urgence absolue, la Comex n’a pas à être saisie.

Ainsi, par touches successives, l’Etat poursuit sa quête sans fin d’un dispositif antiterroriste « idéal », sans se soucier des atteintes causées, lesquelles, mises bout à bout, restreignent l’Etat de droit et les libertés de tous.

La Ligue des droits de l’Homme condamne cette logique, et invite les parlementaires à ne pas voter ces dispositions.

Paris, le 25 octobre 2012

17/10/2012

« M’emmerdez pas avec ça ! »

Le titre évoque une réplique du général Bigeard    , qui tout en reconnaissant avoir utilisé la torture, l’a justifiée sans avoir eu à l’assumer devant un quelconque tribunal.

20 novembre 2012     : J.Y. Le Drian, ministre hollandais de la Défense honorera la mémoire du tortionnaire Marcel Bigeard à Fréjus.

Contrepoint : Louisette Ighilahriz, une de ses victimes, témoigne …

«J'étais allongée nue, toujours nue. Ils pouvaient venir une, deux ou trois fois par jour. Dès que j'entendais le bruit de leurs bottes dans le couloir, je me mettais à trembler. Ensuite, le temps devenait interminable. Les minutes me paraissaient des heures, et les heures des jours. Le plus dur, c'est de tenir les premiers jours, de s'habituer à la douleur. Après, on se détache mentalement, un peu comme si le corps se mettait à flotter. » 

Quarante ans plus tard, elle en parle avec la voix blanche. Elle n'a jamais eu la force d'évoquer avec sa famille ces trois mois qui l'ont marquée à vie, physiquement et psychologiquement. Elle avait vingt ans. C'était en 1957, à Alger. Capturée par l'armée française le 28 septembre, après être tombée dans une embuscade avec son commando, elle avait été transférée, grièvement blessée, à l'état-major de la 10e division parachutiste de Massu, au Paradou Hydra. 

« Massu était brutal, infect. Bigeard n'était pas mieux, mais, le pire, c'était Graziani. Lui était innommable, c'était un pervers qui prenait plaisir à torturer. Ce n'était pas des êtres humains. J'ai souvent hurlé à Bigeard : » Vous n'êtes pas un homme si vous ne m'achevez pas ! « Et lui me répondait en ricanant : »Pas encore, pas encore ! « Pendant ces trois mois, je n'ai eu qu'un but : me suicider, mais, la pire des souffrances, c'est de vouloir à tout prix se supprimer et de ne pas en trouver les moyens.  » Elle a tenu bon, de septembre à décembre 1957. Sa famille payait cher le prix de ses actes de « terrorisme ». « Ils ont arrêté mes parents et presque tous mes frères et soeurs. Maman a subi le supplice de la baignoire pendant trois semaines de suite. Un jour, ils ont amené devant elle le plus jeune de ses neuf enfants, mon petit frère de trois ans, et ils l'ont pendu... » L'enfant, ranimé in extremis, s'en est sorti. La mère, aujourd'hui une vieille dame charmante et douce, n'avait pas parlé.

Sa fille aurait fini par mourir, dans un flot d'urine, de sang et d'excréments, si un événement imprévu n'était intervenu. « Un soir où je me balançais la tête de droite à gauche, comme d'habitude, pour tenter de calmer mes souffrances, quelqu'un s'est approché de mon lit. Il était grand et devait avoir environ quarante-cinq ans. Il a soulevé ma couverture, et s'est écrié d'une voix horrifiée : » Mais, mon petit, on vous a torturée ! Qui a fait cela ? Qui ? « Je n'ai rien répondu. D'habitude, on ne me vouvoyait pas. J'étais sûre que cette phrase cachait un piège.  » Ce n'était pas un piège. L'inconnu la fera transporter dans un hôpital d'Alger, soigner, puis transférer en prison. Ainsi, elle échappera aux griffes de Massu, Bigeard et Graziani. Louisette Ighilahriz, « Lila » de son nom de guerre, retrouvera la liberté cinq ans plus tard, avec l'indépendance de l'Algérie. 

Extrait d'un article de Florence Beaugé - Le Monde du 20 juin 2000

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration abrite depuis le 8 octobre l’exposition
«Vies d’exils, des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie», une plongée inédite dans le quotidien des travailleurs algériens en France entre 1954 et 1962, conçue et réalisée par les historiens Linda Amiri et Benjamin Stora.

Est-il si bizarre que cette histoire ressorte au moment où l’on commémore le 17octobre 1961 : le jour où, premières séquelles de la guerre d’Algérie, pour le simple fait d’avoir manifesté pacifiquement par dizaines de milliers contre un couvre-feu illégal et scandaleux visant exclusivement les Algériens en région parisienne, 11 000 personnes furent arrêtées et au moins 200 tuées dans des conditions insupportables.

 

bigeard,17 novembre 61,louisette ighilahriz,le drian,fréjus   

A l'annonce de la mort de Bigeard, Louisette Ighilahriz, a déclaré :
«Chez nous, le nom de Marcel Bigeard est synonyme de mort et de torture. Il aurait pu libérer sa conscience avant de mourir. J'en suis profondément déçue, malade».

11/10/2012

Usurpation d’Etat

Tout le monde peut faire la différence entre personne morale et personne physique, mais peut-on, doit-on, encore distinguer usurpation à compte d’auteur réprimée par l’usage (l'usurpation d'identité est passible de sept ans d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende) et usurpation industrielle des inconsciences collectives, tolérée voire encouragée sous prétexte de cohérence européenne et budgétaire ? Poser la question, c’est y répondre.

Cliver, ne pas cliver, être ou ne pas être… lorsqu’un parti peut faire « Psst ! » à ce point, c’est qu’il se dégonfle à guichets fermés. Plus la peine de se retourner ou de se faire du mauvais sang. Pour le courage, c’est foutûment foutu pour tout le monde. Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi ! Il court à sa perte.

toulouse,usurpation d'etat

Et ce n’est pas parce qu’à Toulouse même les mémés, qui aiment la castagne, peuvent éventuellement être attentives à quelques motions perverses, qu’il faut jouer du lumpenprolétariat comme on joue du couteau à la dérobée.

Le parti au pouvoir en a perdu la face et son identité présumée, privant les mots de leur signification pour en faire des sonorités vides, un murmure inaudible de moins en moins capable d'éveiller l'intérêt et de susciter le respect.

C'est peu dire que cette usurpation là est à double tranchant.

29/09/2012

Réquisition d’entreprises, septembre 44

C’est sous le titre de « Rendre au travailleur ses outils » que le journal Le Méridional (N°13 du 23 septembre 1944) a pu tenir des propos très proches de ceux développés aujourd’hui par tous ceux qui, à l’instar d’une gauche réelle, s’indignent du rôle joué par les détenteurs de capitaux qui n’ont d’égards que pour les profits boursiers et que mépris pour les artisans de l’économie réelle.

Le fait est d’autant plus étonnant qu’au bout de quelques années, la ligne éditoriale de ce journal  , un temps propriété du maire de Marseille, Gaston Deferre, a ouvert ses colonnes à une droite extrême. (À la Libération, en 1944, Le Méridional est le journal de la démocratie chrétienne depuis sa fondation en septembre. Racheté en 1947 puis fusionné en 1952 avec La France de Marseille par les soins de l’armateur Jean Fraissinet, il devient un « journal de la droite dure ». Il tire à l’époque à 100 000 exemplaires. Source : Jean Contrucci et Roger Duchène, Marseille, 2 600 ans d’histoire, Paris, Fayard, 1998)

Grâce à Robert Mencherini  , Professeur des Universités en histoire contemporaine , venu exposer dans le cadre des assemblées citoyennes de Manosque ce que furent les «réquisitions d’entreprises à Marseille», le texte qui suit est une entrée possible pour accéder à cette histoire de l’immédiat après-guerre, exemplaire à plus d’un titre.

Parmi les protagonistes et en première ligne, les ouvriers qui permettront à l’économie locale de redémarrer. Par leur lucidité, leur courage et leurs qualités humaines, ils s’opposent à leurs anciens patrons qui n’ont pas hésité à collaborer pour réaliser de honteux profits sous l’occupation.

Sollicités par Raymond Aubrac, jeune commissaire de la République convaincu d’avoir à appliquer les directives du Conseil National de la Résistance, 15 000 salariés permettent ainsi à une quinzaine d’entreprises marseillaises, autogérées par eux, de participer au rétablissement des activités du port de Marseille et de la région.

réquisitions d'entreprises,résistance,aubrac,mencherini,le méridional
Raymond Aubrac 

 « Rendre au travailleur ses outils »

« Huit des plus grosses entreprises industrielles de Marseille ont été réquisitionnées, les dirigeants mis dehors, de nouveaux directeurs ont été nommés, ils seront assistés d’un Conseil de membres du personnel et de représentants du Capital.

Cette mesure était justifiée par le passé récent et ancien de ces grosses maisons. Elle sera accueillie comme un pavé dans la marre des trusts où croassent d’innombrables grenouilles. On verra les ordinaires domestiques de l’argent roi s’élever contre elle avec de grands mots qui ne couvrent rien que des intérêts particuliers.

Mais de cette courageuse innovation, il faut tirer deux leçons.

D’abord, elle ne doit être considérée que comme un commencement exemplaire. Il faudra aller plus loin et débrider complètement l’abcès d’un capitalisme tentaculaire. A la faveur de cette libération qui a trempé les énergies et épuré les intentions, il faut reconsidérer tout le système économique et social de notre pays. Il est incontestable que le travail a sur la production des droits qui passent avant ceux du capital. Quelle que par, soit l’origine de l’argent investi, qu’il soit lui-même le fruit du travail, qu’il provienne d’un héritage où qu’il soit de nature plus ou moins fictive, plus ou moins légale, ne change rien à la chose. Si l’épargne devait servir en définitive à opprimer le travail, c’est que l’épargne serait à réformer elle-même. L’outil en principe n’est qu’un prolongement de l’homme, la machine comme la pelle ou la pioche. La machine n’existe pas en soi, elle n’est par nature qu’un enrichissement des moyens humains. Les moyens de production sont au travailleur avant d’être au capital. Le seul rôle de l’argent est de faciliter : de lui-même, il ne produit rien. Les œuvres des hommes sont toujours issues de leur cœur, de leur esprit et de leurs muscles. On dit : le machinisme est inhumain… ? C’est prendre le problème à l’envers. Ce qui est inhumain, ce n’est pas le machinisme, c’est la dépossession du travailleur. Qui a tiré de la mine le charbon et le minerai, qui a façonné les outils, qui a monté la machine ? Le travail et le travail seul. Qu’a fait le capital ? Il a avancé la paye des ouvriers jusqu’au jour où la machine a produit et, comme ce jour-là les ouvriers n’ont pu rembourser pour la raison que leur salaire leur avait servi à vivre, le capital a dit « la machine est à moi ». Rôle de banquier, de prêteur sur gage, c’est tout. Il n’est pas une chose faite par les hommes qui ne soit le pur produit de la main-d’œuvre.

réquisitions d'entreprises,résistance,aubrac,mencherini,le méridional  

La seconde leçon à tirer est celle-ci : depuis que le machinisme est roi, une rupture de contact s’est révélée entre le travailleur et les moyens de production –et comment en aurait-il été autrement ? Un véritable abîme s’est creusé entre l’entreprise et la main-d’œuvre. Si le personnel veut reconquérir les moyens de production, il lui faut d’abord combler cet abîme. Et c’est à ce titre que les Conseils mixtes institués hier à Marseille sont précieux. Ils doivent être des écoles au sein desquelles les ouvriers seront amenés à réapprendre leurs métiers de producteurs, à reconsidérer les problèmes économiques et financiers. Pour cette tâche il faudra aux délégués du personnel, non seulement une grande bonne foi et une parfaite loyauté, mais aussi du courage. Ils devront parfois discuter les positions du capital investi dont certains intérêts sont respectables –ceux de l’épargne notamment. Ils devront aussi peut-être savoir prendre leurs responsabilités devant leurs camarades en faveur de la communauté. En exerçant pleinement leurs droits, tous doivent prendre conscience de leurs devoirs.

Le sang-froid, la discipline, le renoncement aux intérêts particuliers devant l’intérêt général sont la condition absolue d’un succès en quoi le monde du travail met tout son espoir et toute sa confiance. »

L’expérience qui n’aura duré que de 1944 à 1947, aurait pu être prolongée sans le temps et sur l’ensemble du territoire si la classe politique s’était évitée l’ambigüité de ses prétentions viciées par d’illégitimes conflits d’intérêt.

Aujourd’hui encore, la dictature ayant changé de visage, les réquisitions d’entreprises, même réaménagées, pourraient constituer une réponse aux plans sociaux qui se succèdent. Sauf que, les bonnes intentions du ministre délégué à l’ESS  (économie sociale et solidaire et à la consommation) - Benoit Hamon - paraissent bien insuffisantes en regard des pressions exercées par les détenteurs de capitaux, leurs lobbies et la mollesse sociale-démocrate du gouvernement auquel il a accepté d’appartenir.

Opus à consulter :

25/09/2012

United colors of Dany le... *

* On peut choisir la couleur.
Pour apaiser la tristesse qui doit s’être abattue sur le groupe EELV à l'annonce de DCB, furieux que l'on puisse refuser de ratifier le TSCG Merkosy, cette note de 2005 signée Serge Halimi à la gloire de Daniel Cohn-Bendit…

cohn bendit,halimi

C’est dans le dossier "Joyeux Bordel", coordonné par Pierre Bourdieu, Les Inrockuptibles, n°178

Note du 16/04/2005 :   Accueilli avec des œufs à Montpellier ce week-end par des militants écologistes, Daniel Cohn-Bendit, chef du groupe des Verts au parlement européen, vient de se faire huer à Strasbourg. « Je suis fasciné de voir comment Daniel Cohn-Bendit, un symbole de la révolte dans sa jeunesse, est devenu un héros du conformisme à l'heure de la retraite », a ironisé lundi Francis Wurtz, chef du groupe communiste au Parlement européen.
Cette métamorphose ne date pas d'hier.

Un mois avant Noël, interrogé sur le parcours d'un homme, Daniel Cohn-Bendit, qu'il avait combattu trente ans plus tôt, Alain Madelin eut cette réponse : « Il arrive souvent que des jeunes libertaires deviennent des vieux libéraux ».

Il arrive aussi que, tels ces publicitaires qui recyclent les thèmes de la contestation à des fins marchandes, les anciens contestataires utilisent leur profil ludique et médiatique pour endosser les habits neufs de la domination. Et il est presque de règle que le "débat" de notre temps exagère les divergences de style qui opposent deux protagonistes tout en occultant les convergences de fond qui les rapprochent. Le marchand vend de la rébellion, le rebelle célèbre le marché, leur choc résume la vie des idées.

En somme, rien de plus habituel que la récupération de la dissidence par l'orthodoxie, rien de plus connu que le spectacle de Daniel Cohn-Bendit. Le discours qu'il entonne aujourd'hui — celui de la modernité contre les prudences, de la simplicité contre la pompe, de l'ouverture contre le repli — a, depuis Mai 68, été repris tour-à-tour par Jean-Jacques Servan-Schreiber (qui défendit la régionalisation et qui s'opposa au nucléaire), par Valéry Giscard d'Estaing (qui prétendit "décrisper" le pouvoir et qui fit voter des lois de libéralisation de l'avortement et du divorce), par Yves Montand (qui transforma ses revirements politiques en autant de lettres de créance médiatiques), par Brice Lalonde (qui voulut rendre le traité de Maastricht plus jovial et plus vert), par Bernard Tapie (qui espérait par le bagout faire reculer le Front national et qui s'imposa lui aussi à l'appareil d'un petit parti gouvernemental soucieux de réussir un "coup" électoral). Aucun de ces prédécesseurs, dont la somme des traits distinctifs dessine un peu le portrait chinois de Daniel Cohn-Bendit, n'a jamais ébranlé les piliers de l'ordre social. Reconnaissons-leur cette franchise : ils affirmaient n'en avoir aucune intention. Celui qui sera la tête de liste des Verts aux élections européennes n'est pas moins franc. Trente ans après Mai 68, l'ancien dirigeant du mouvement du 22 mars se déclare à la fois « radicalement pro-européen, radicalement réformiste » et « pour le capitalisme et l'économie de marché ». Il y a quelques années, soutenant le mouvement de Brice Lalonde, il prônait déjà « une majorité qui irait des centristes de progrès aux sociaux-démocrates en passant par les écologistes ». L'ancien pacifiste n'avait pas non plus désapprouvé l'expédition occidentale pendant la guerre du Golfe : « Il ne faut pas exclure de mourir pour le Koweit. »

D'autres sont morts là-bas ; Daniel Cohn-Bendit est vivant. À la différence d'un François Mitterrand ou d'un Lionel Jospin — qui ont parlé à gauche pour gouverner au centre —, il ne dissimule presque jamais son projet. Intarissable, il sait cependant cibler ses confessions avec le professionnalisme tranquille de celui qui a compris que derrière chaque journaliste complaisant se trouve un autre journaliste qui l'adore. Avec VSD, "Dany" parle donc gentiment de "bagnole", de "télé", de "foot" et de couple (il est, soyons-en heureux pour lui, « amoureux de sa femme »). Avec Capital, il passe sans effort du cabotinage consommateur, téléspectateur et conjugal à l'impatience européenne et néolibérale : « Que la France doive s'ouvrir à la concurrence mondiale, c'est une évidence ; elle n'a pas le choix. L'ennui, c'est qu'elle a perdu du temps depuis Maastricht. » Ici, le sentiment d'urgence est agrémenté de quelques savoureux raccourcis dont on a un peu de mal à imaginer qu'ils lui ont tous été inspirés par l'économiste vert Alain Lipietz : « Monnaie unique = réduction des cours d'échange = intensification des échanges = croissance = enrichissement collectif »…

L'ennui, c'est que ce discours de l' "évidence", de l'absence de choix, du temps perdu, de la corrélation entre commerce et prospérité collective, communication et libération, on le connaît déjà par cœur. C'est celui du journalisme de marché, des "décideurs", de la "seule politique possible", du "cercle de la raison". C'est celui des cadres de 50 à 64 ans qui, selon les sondages, forment déjà le noyau dur de l'électorat potentiel de Daniel Cohn-Bendit. Comme lui, ils avaient entre 20 et 34 ans en Mai 68, comme lui, ils faisaient des études. Et comme lui, ils ont fait du chemin. En chemin, ils ont théorisé leur parcours, l'ont naturalisé avec d'autant plus de férocité pour leurs adversaires qu'ils disposaient — dans les médias, les universités, les entreprises et les ministères — du moyen de les faire taire. Inutile de s'étendre. D'autres ont autrefois raconté ce genre d'itinéraire avec le talent et la férocité nécessaires (1)    .

Inversant un peu ses points de départ et d'arrivée, "Dany" se proclame "libéral-libertaire". Alain Minc avait déjà revendiqué l'appellation tout en avouant préférer celle de "capitaliste soixante-huitard". Mais, alors qu'Alain Minc ne fait plus illusion (ses ouvrages à la gloire du marché alimentent les piles d'invendus), Daniel Cohn-Bendit continue à séduire. Et d'abord bien sûr le bloc compact des penseurs bien-pensants : Bernard-Henri Lévy, Jacques Julliard, Alain Duhamel, Laurent Joffrin, Alain Genestar, Jean-Marie Colombani, Georges-Marc Benamou qui, tous, ont déjà donné de la plume pour célébrer l'audace d'un "trublion" peu dérangeant.

D'où vient cependant que certains écologistes, certains électeurs de gauche, voire d'extrême gauche, de nombreux intellectuels et artistes lui fassent encore crédit d'idées qu'il a désavouées depuis une éternité ? Nul doute que Daniel Cohn-Bendit profite de leur ignorance trop fréquente des questions économiques, de leur polarisation sur des clivages de société très médiatisés et de la séduction qu'opère encore un style prétendument iconoclaste. Mais il a aussi réussi à devenir la figure de proue d'un parti progressiste qui avait pris position contre la guerre du Golfe, contre le traité de Maastricht, contre le plan Juppé, et qu'on trouve aujourd'hui encore aux premiers rangs des partisans de la taxe Tobin contre la spéculation, des adversaires de l'AMI et de la mondialisation néolibérale.

En octobre dernier, Dominique Voynet a tenté de dénouer les mobiles d'une telle inconséquence : « Un bon résultat est important pour avoir des ministres en plus. Et Daniel Cohn-Bendit a le soutien des médias. » Construire un rapport de forces électoral plus favorable aux Verts représente un objectif légitime. Mais, puisqu'il s'agit désormais — on l'a assez répété et démenti pour que chacun s'en souvienne — de dépasser le parti communiste au sein de la coalition plurielle (2)  , les écologistes peuvent-ils se satisfaire de l'ambition d'être écoutés par Lionel Jospin aussi souvent que les communistes... qui ne le sont presque jamais ? Et puis, au lendemain du scrutin européen, qui faudra-t-il écouter au juste ? La ministre de l'Environnement qui défend encore les services publics et qui persiste à dénoncer le « désastreux traité de Maastricht » ? Ou la tête de liste européenne de son parti, à la fois bien disposée à l'égard des fonds de pension (pour « responsabiliser les gens ») ; favorable à un sous-Smic pour les jeunes (« Pendant trois ou quatre ans, du moment qu'on leur donne la garantie d'accéder ensuite à un emploi ordinaire ») ; ouverte à de nouvelles privatisations (« Des services comme le téléphone, la poste, l'électricité n'ont pas de raisons de rester dans les mains de l'État ») ; partisane d'une université établissant « de véritables joint-ventures avec les entreprises. Naturellement, l'industrie participerait aussi à la définition des contenus de l'enseignement contrairement à ce que nous disions en Mai 1968 » ; presque aussi euro-enthousiaste et enthousiaste à l'égard de l'euro — dont le préalable fut la libération du marché des capitaux — que les très réactionnaires gouverneurs des banques centrales ? Une telle ambiguïté — ou duplicité — transforme les Verts en un parti comme les autres. Une petite machine électorale de plus, déjà rouillée par les équivoques.

Quant au soutien des médias, Dominique Voynet ne s'est guère trompée... Au printemps dernier, pour célébrer simultanément le trentième anniversaire de Mai et le lancement de son livre à la gloire de l'euro, "Dany" avait déjà participé à onze plateaux de télévision en six semaines. Il ne tarda pas à enchaîner sur un douzième, celui d'Arrêt sur images... pour expliquer à Daniel Schneidermann le sens de ses onze émissions précédentes. Ses leçons d'économie sont primaires, mais dans l'oeil de la caméra son regard reste vif.

En 1989, Cohn-Bendit voulait — déjà — débattre avec Le Pen. Et il admettait : « Cela ne me gêne pas s'il y a une "tapisation" de la vie politique. La politique a besoin des médias et réciproquement. Les médias ont un rôle autonome de critique sociale. » C'est peut-être sur une telle analyse de la société du spectacle que l'ancien situationniste fonde un étonnant pronostic : « Je ne ferai un bon score que si j'ai ma marionnette aux Guignols. » Mais si, pour compter comme Cohn-Bendit, bon score = Guignols, il faut ajouter que, pour lui, bons médias = propriété privée.

Car celui qui vient de saluer à nouveau la « privatisation nécessaire de TF1 » avait autrefois confié à son ami Gonzague Saint-Bris : « Toute réglementation des médias est absurde. Je trouve absurde qu'on n'ait pas la télévision pendant vingt-quatre heures. Je suis sûr que le problème de la télévision se résoudrait par la concurrence. »

Depuis 1995, l'ordre néolibéral (qui célèbre la concurrence) ne suscite ni autant de consentement ni autant de soumission qu'avant. Ses thuriféraires (Madelin, Balladur, Sarkozy) paraissent hors d'usage d'avoir trop servi et tout couvert. Pour accomplir la même pédagogie du renoncement, il faut adopter un ton new-age et trouver d'autres champions, moins dévalorisés. Bien sûr, lorsqu'il s'agit d'aborder les questions dites "de société" (immigration, Pacs), Daniel Cohn-Bendit sait marquer sa différence avec la droite — et dans le bon sens. Mais même dans ces domaines, il ne peut aller au-delà des demi-audaces. Le droit à l'adoption des homosexuels le laisse "dubitatif" : « La norme, c'est qu'un enfant puisse vivre avec un homme et une femme. » Il ne remet pas davantage « en cause la politique globale » du gouvernement en matière d'immigration. Surtout, "Dany" est incapable de résister à la facilité d'un effet de plateau. Parlant du Pacs, il a ainsi lancé : « Quand on voit Jean Marais, on comprend les homosexuels. Il y a des hommes qui sont très beaux. »

Les commentateurs ont eu beau déceler dans un tel trait la marque d'un franc-parler rafraîchissant que vaudrait ce genre de "démonstration" pour un homosexuel moins célèbre et moins beau que Jean Marais ? Car à défaut de se résumer à la confection de bons mots sanctionnée par l'audimat, le vrai débat politique exige de savoir expliquer au lieu de distraire, et de ne pas toujours céder aux délices du fun médiatique.

Récemment, Daniel Cohn-Bendit a confié : « Je veux que Lionel Jospin gagne les prochaines élections présidentielles. » L'objectif a sa cohérence : au train où vont les choses avec ce gouvernement, d'ici 2002 l'euro sera une réalité, la retraite par capitalisation sera installée, le secteur public ressemblera à une coquille vide, le mammouth aura perdu son surcroît de graisse enseignante, les chômeurs dépendront un peu moins de la "société d'assistance" et un peu plus des rigueurs financières concoctées par les banquiers centraux. Et il paraît que, grâce à la communication instantanée et à la monnaie unique, « les McDo continueront peut-être à coûter 30 % de plus en France qu'en Irlande mais les ados s'en apercevront et protesteront ». Daniel Cohn-Bendit n'aura plus alors de vraies raisons de faire de la politique, le rêve de Mai 68 ayant été exaucé, mais par des chemins détournés : « Internet + euro = révolution »...

La résistance, la rébellion, la révolution, ce n'est ni un style, ni une posture, ni la gestion médiatique d'un vieux capital de sympathies contestataires. Bill Gates se promène lui aussi en jeans, certains tycoons d'Hollywood portent la casquette visière à l'arrière, Bill Clinton fuma de la marijuana. Et tous aiment probablement les Rolling Stones, tous profitent de la révolution sexuelle, tous savent chanter We are the world. Mais ils sont le monde que nous devons changer. Et, pour le changer, nous ne pourrons décidément compter ni sur le "jeu" du marché, ni sur la Banque de Francfort, ni sur Daniel Cohn-Bendit.

Serge Halimi

1    -  Lire Guy Hocquenghem, Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary (Albin Michel, 1986).
2  -  Une performance qui serait d'autant moins exceptionnelle qu'elle a déjà été accomplie en 1989. A l'époque, la liste des Verts, conduite par le très peu charismatique Antoine Waechter, avait obtenu 10,59 % des voix (c'est-à-dire presque autant que celle du Front national) contre 7,71 % pour celle du parti communiste.

Note : sauf indication contraire, les propos en italique sont de Daniel Cohn-Bendit.

22/09/2012

Impéritie politique et démocratique

Jean-Marc Ayrault, le 6 février 2008   ... :

(…) « Les représentants du peuple ne sont pas les censeurs du peuple. » (…)

« C’est en refusant d’associer directement les peuples aux grandes décisions européennes que les dirigeants de l’Union n’ont pas vu monter la déception des catégories populaires vis-à-vis de l’Europe. C’est en croyant que l’élection nationale vaut brevet de politique européenne qu’ils ont sous estimé son manque de réponses aux problèmes structurels du chômage, des inégalités, des délocalisations, de la vie chère. Le Non au référendum sur le traité constitutionnel a été la réponse populaire à cette impéritie politique et démocratique. (…) »

Et en 2012, le Traité sur la Stabilité, la Coopération et la Gouvernance de l'Union Européenne - TSCG- ne serait donc pas soumis au débat et au vote des électeurs ?!!

C’est ce qu’a prévu le même J-M Ayrault, talonné par un Manuel Valls euphorisé par on ne sait quelle ivresse sécuritaire, xénophobe et imbécile (« mais y en-a-t-il d’autre ? »), tacitement approuvé par un François Hollande tétanisé par son seul et grand ennemi « qui n’a pas de visage » et redoublant de prévenances à son égard, qui s’abstient de soumettre ce TSCG au … référendum et a fortiori, d’en discuter.

Cauchemar absurde, suicidaire et incohérent !

ayrault,tscg,valmy,mélenchon

Contrepoint : le discours de J-L Mélenchon au Panthéon pour célébrer Valmy, la naissance de la République le 21 septembre 1792 et la fin des privilèges.

Lumineux !

220ème anniversaire de la république

17/09/2012

Ce n’est pas façon de se laisser mourir

Ce n’est pas façon de se laisser mourir

Dans les bras de l’ignorance

Sans réclamer dommages et intérêts

Sans un regard au soleil voilé

Sans battre la paupière incrédule aux trop longues heures passées, mithridatisé, insensible, immobile, le souffle coupé devant tant d’arrogants massacres de l’intelligence, organisés simultanément déniés

Ce n’est pas façon de se laisser mourir

Dans la rafale des abolitions d’espoirs et de promesses cyniques proférées par des voleurs envasés dans les costumes étroits de la suffisance, des discours lénitifs de bons vieillards renoncés, tranquillisants

Ce n’est pas façon de se laisser mourir

Sans avoir chapitré honte, peur, falsifications

PAPUSZA Bronislawa Wajs 17 09
Illustration tirée de https://www.facebook.com/Papusza1

Passeport, viatique, sursaut d’humanité sont dans ce regard que seul un mur de verre protège encore d’une nuit épaisse

12/09/2012

Stéphane rempile

  • Disparu depuis le 11 septembre 2012 : Benoit Hamon
  • Disparu depuis le 22 février 2012 : Henri Emmanuelli
  • Oubliées les promises bienveillances d'avant primaires et présidentielle...

Stéphane Hessel rempile et présente sa motion au congrès PS de Toulouse !!!

Stéphane Hessel, congrès PS 2012La motion de Stéphane Hessel

Vu de l’Intérieur, que va bien pouvoir en dire le toréador de Beauvau coincé entre l’organisation de navettes aller-retour à destination de la Roumanie, quelques révocations en série, et une quinzaine de zones de sécurité prioritaire à inaugurer.

Mais surtout, comment la cohabitation va-t-elle "maintenant" être possible  ?...

11/09/2012

11 minutes, 11 septembre

D'eux dont il faut se souvenir, d'eux qui sont éloquents, et différents dans leur dignité, et vivants,

De passage sur un sol rendu instable, fragiles d’une honte lancée à leur poursuite et qui ne les atteindra pourtant jamais,

Deux vidéos pour marquer deux 11 septembre, dont on retiendra cette citation empruntée par Ken Loach à St Augustin :

"L'espoir a deux belles filles : la colère et le courage, la colère devant l'état des choses et le courage de la changer"

11 septembre - Ken Loach

Et puis aussi le rire étranger au fracas "monde", rire dernier refuge et dernière fin évoquée par Sean Penn, rire comme une errance à travers une solitude obstinée.

11 septembre - Sean Penn

28/08/2012

Un regard à soutenir …

Rroms : «Il y a un problème humain à résoudre et, pour le résoudre, les gens qui gouvernent nomment des hommes dont les qualités humaines sont atrophiées», des professionnels imbus d'eux-mêmes, attisant la xénophobie sous couvert d'efficacité prétendue.

On appelle ça du populisme.

A La Rochelle, les militants «socialistes» applaudissent leur ministre de l’intérieur … sans s’apercevoir que l’antienne sécuritaire qui lui tient lieu de prothèse n’a plus rien de différent de celle de ses prédécesseurs. On aurait pu s’en douter ? - On s’en doutait, mais pas dans de telles proportions.

Avec ses allures de matamore engoncé dans un costume trop étroit, de petite frappe bien décidé à tout défoncer autour d’elle pourvu que le dernier mot lui revienne sur un simple coup de menton, qui peut encore croire que M. Valls est un digne représentant du parti dont il ose se prévaloir, un parti au socialisme passé mais qui devrait au moins tenter de faire reluire ses origines.

Par la grâce des Rroms qu’il s’est choisi comme bouc émissaires, Valls vient de faire franchir à ses aficionados cette limite honteuse qui faisait que le gouvernement par défaut dont il est l’un des membres «solidaires», pouvait encore avoir une quelconque crédibilité. Qu'importe. "Ne pas laisser à la droite et à l'extrême droite le monopole des injustices et de la violence", telle est son credo !

Les cotes de popularité s’effondrent.

La petite frappe d’Evry n’en a cure. En trois coups de cuillère à pot, elle se permet même de piétiner les platebandes du ministère de la Justice (dont les décisions doivent « normalement » précéder tout démantèlement), celles du ministère du Logement (devant « normalement » trouver des solutions de relogement avant expulsion), celles du ministère de la Santé (jamais consulté mais concerné par les questions sanitaires que la situation des Rroms exige), etc, etc.

 

rroms,valls,alexandre romanès

Solidarité mal placée oblige, personne ne moufte.

Au passage, et comme si ce n’était pas assez, cet inconditionnel de la présomption d’innocence (essentiellement appliquée à son ami DSK), se permet et trouve le temps de donner (sans qu'on le lui demande) son avis (favorable) sur le nucléaire, méprisant à la fois l’Environnement, son ministre et les engagements pris par le Président «à poigne» qui lui a pourtant offert son poste à Beauvau…

Les épithètes finissent par manquer pour qualifier cet individu, sans doute bien plus nocif que toutes celles et tous ceux qui, prévisibles, lui ont ouvert la voie depuis plus de dix ans. Moins chanceux qu’un Eric Besson qui avait pu trouver refuge sous l’aile protectrice du sarkozysme, fier-à-bras déçu, il enfourche un cheval fiévreux, apparemment bien décidé à occuper le terrain de la droite extrême et populiste. Jusqu’à quand ?

Les militants godillots du PS -ce n'est donc pas incompatible- l’applaudissent encore, alors qu’ils devraient lui intimer l’ordre de décamper. Auraient-ils apprécié le spectacle ?...

Contrepoint pour aller mieux ...

Alexandre Romanès* a signé une tribune dans Le Monde intitulée : "Nomades, nous resterons". Peu probable que l’ex maire d’Evry en ait saisi le sens et a fortiori, ait songé à donner la parole à cette minorité.

" En France, sur les plateaux de télévision, toutes les minorités ont leurs représentants, sauf nous. C'est toujours un homme ou une femme, étranger à notre communauté qui parle de notre malheur. Et en parle mal. Mais nous ne sommes pas les seuls invités à se taire. Les poètes sont dans la même situation."

rroms,valls,alexandre romanès

Si tu veux dire la vérité, assure-toi que tu as un bon cheval." Proverbe tzigane. Dans les tribus gitanes et tziganes, on connaissait un vieux proverbe : "Pour vivre heureux, vivons cachés." Par crainte des conventions et du pouvoir, nous n'avons jamais permis aux autochtones de s'approcher de nos campements. D'un côté, les habitants des villes et des villages, désireux de voir passer le plus vite possible une population jugée dangereuse. De l'autre côté, des tribus repliées sur elles-mêmes, ne dévoilant de leur culture que ce qu'elles voulaient bien montrer, c'est-à-dire très peu.

Avec le temps, certains traits de notre culture nomade ont pénétré la société occidentale. Comme nous, une partie importante de la société veut vivre au soleil : les bureaux, les usines, les patrons, les responsables politiques, ils n'en veulent plus. Ils votent de moins en moins. Nous, on ne vote pas. Vous avez supprimé le service militaire. Nous ne l'avons jamais fait. Et la réussite sociale nous semble bébête !

Comme le dit le poète gitan Jean-Marie Kerwich : "Ils construisent des murs et ils détruisent le vent." Malheureusement, les sédentaires ne détruisent pas que le vent. Aujourd'hui, la destruction touche tout le monde : les gens de modeste condition, les faibles, les Arabes, les Noirs, les juifs et même les riches.

Le poète Jean Grosjean dit : "L'Occident me fait penser à ces troupeaux d'animaux qui se jettent par milliers du haut de la falaise pour se suicider."

Nous, nous installons notre petit chapiteau dans des villes très différentes les unes des autres. Quand nous sommes dans une ville pauvre, nous avons des contacts avec plein de gens, et quand nous partons, des dizaines d'hommes et de femmes viennent nous saluer. Je me souviens d'un commissaire de police me suppliant de rester dans sa ville. Quand nous installons le chapiteau dans les beaux quartiers, nous n'avons pas de contact avec la population. Comme dit ma fille de 14 ans : "Si les riches étaient heureux, ça se verrait sur leur visage."

Pauvres Chinois, qui travaillent comme des bêtes pour rejoindre un modèle qui les tuera eux aussi ! Que s'est-il passé pour que tant d'hommes et de femmes soient malheureux dans ce pays ? Dans les tribus gitanes et tziganes, nous avons des défauts, mais les garçons et les filles se rencontrent et n'ont pas peur de faire des enfants. Une de mes plus jeunes filles vient de fêter ses 16 ans, en même temps que les 2 ans de son fils. Nous ne connaissons pas le racisme de l'âge : les 14-15 ans entre eux, les 18-20 ans entre eux, les 30-40 ans, les 50-60 ans, et ainsi de suite jusqu'à la mort. Car, même morts, on est séparés : les chrétiens dans des cimetières chrétiens, les musulmans dans des cimetières musulmans, et les juifs dans des cimetières juifs.

Et ce mépris pour les femmes qui gagne tous les jours du terrain... Comme disait mon fils, quand il avait 10 ans : "Ce serait joli, s'il n'y avait que des femmes." Les tribus gitanes et tziganes sont des sociétés matriarcales. Les femmes prennent les décisions importantes, tout leur appartient, et les enfants portent leur nom...

Il est interdit d'offrir des fleurs car il faut les couper. Le mot "lendemain" n'existe pas. Notre langue, qui vient du nord de l'Inde, n'est pas verbeuse, elle va à l'essentiel. Souvent, un mot désigne plusieurs choses. Par exemple, "police" et "diable", c'est le même mot ; et "ciel", "donner" et "Dieu", c'est aussi le même mot. Nous avons une médecine qui guérit des maladies que la médecine officielle ne guérit pas. Cette culture s'est construite dans le vent, sur des chemins pierreux, loin des modes et du confort des villes.

Depuis quelques mois, les responsables politiques européens s'intéressent à notre sort, bien que nous soyons plusieurs millions en Europe. Personne ne nous demandera notre avis et, de plus, la présidence hongroise de l'Europe pour les six mois tombe mal car les responsables politiques hongrois nous détestent.

Mettre un Gitan ou un Tzigane dans une maison ou un appartement est une aberration. Quand le sinistre président roumain Ceausescu a mis de force les Tziganes dans des appartements, les Roumains, qui ont de l'humour, disaient en parlant de nous : "Ces gens sont bizarres : ils mettent les chevaux dans les appartements, et eux, ils vivent dehors !"

Beaucoup d'hommes et de femmes à travers le monde se soucient des tribus indiennes en Amazonie. Qui se soucie des tribus indiennes en Europe ? Notre peuple est originaire de ce "pays continent".

Il y a un problème humain à résoudre et, pour le résoudre, les gens qui gouvernent nomment des hommes dont les qualités humaines sont atrophiées, voire inexistantes. Sur cette lancée, on devrait demander au ferrailleur d'accoucher les femmes, et recruter des gars dans les écoles de flamenco pour faire la guerre.

Je ne suis pas loin de penser que, dans ce pays, tout est mal fait ! L'attaque sauvage que le pouvoir a lancée cet été sur les campements tziganes n'a pas de lien avec le nazisme, mais elle a un lien avec l'affaire Dreyfus car, si ce jeune capitaine n'avait pas été juif, il ne se serait rien passé. Si les campements délabrés avaient été occupés par des Anglais, des Allemands, des Italiens ou des Suisses, il n'y aurait pas eu d'attaque. Une fois de plus, le pouvoir se trompe. Mal informé, il pense que, demain, 500 000 Tziganes de l'Est viendront s'installer en France. Il a oublié que nous sommes des nomades et que ceux d'entre nous qui ont résisté à la sédentarisation tourneront dans toute l'Europe.

Ces responsables ont un souhait : la mixité sociale dans les aires de stationnement qui nous sont réservées, toujours entre la décharge municipale et l'autoroute. Elle est où, la mixité sociale ? Et quand l'aire de stationnement existe, c'est dans la loi, il est interdit d'aller sur le terrain vague d'à côté.

Nous ne voulons pas être parqués, nous refusons les cases, nous voulons rester dans le nomadisme. C'est déjà bien assez de vivre dans un océan de lois. On refuse de vivre entre des murs, on veut sentir le vent, voir des paysages à perte de vue, faire de la musique autour d'un feu toute la nuit. Quel mal y a-t-il ? Ce que ma communauté a vécu cet été a touché le cirque Romanès. Le pouvoir nous dit qu'il n'y a pas de lien, mais comme les accusations ne reposent sur rien de sérieux, nous sommes bien obligés de penser que le lien existe. Plusieurs personnalités du spectacle et de la politique sont intervenues, mais ça ne change rien. Faut-il se mettre à genoux pour être entendus ?

(…)

Les recueils de poésie qui paraissent en France seraient-ils plus mauvais que les romans ? Comme l'écrit un poète tzigane dont j'ai oublié le nom, la plupart des romans sont moins utiles qu'un cure-dents. Il y a actuellement en France une dizaine de poètes remarquables, notamment la poétesse Lydie Dattas. Malgré plusieurs publications au Mercure de France et chez Gallimard, elle demeure inconnue. Elle vient de publier un livre magnifique qui s'appelle La Foudre (Mercure de France). Quand elle sera morte, on découvrira une poétesse au niveau de Corneille et de Racine...

Dans ce pays, les grands moyens d'information existent, mais ils sont asphyxiés par l'Audimat, le politiquement correct, le vedettariat et les débiles mentaux. L'immense poète Jean Grosjean n'a jamais eu une heure de télévision. Mais des crétins qui se disent écrivains ont des centaines d'heures. On vient de fêter le centenaire de la naissance d'un autre grand poète, Jean Genet. Heureusement, France Culture lui a consacré plusieurs émissions et Laure Adler l'a royalement servi. Mais pour des raisons obscures, les médias font comme si ce poète n'avait jamais existé. On entend régulièrement des médiocres dire : "Il n'y a plus d'artistes en France." Si le milieu artistique se résume à ce que nous montrent les chaînes de télévision, effectivement, il n'y a pas grand-chose.

La Bible dit : "Au commencement était le Verbe." Pour les tribus tziganes et gitanes et pour les poètes, il n'y a pas de commencement.

 Alexandre Romanès

* Luthiste baroque, poète et directeur de cirque
Né en 1951, Alexandre Romanès est issu d'une grande famille du cirque, dont il s'éloigne à l'âge de 25 ans afin de retrouver la culture gitane. Poète salué par Jean Grosjean ou Christian Bobin, il a publié, aux éditions Gallimard, "Paroles perdues" (2004) et "Sur l'épaule de l'ange" (2010). Il dirige le Cirque tsigane, composé de Gitans et accompagné d'un orchestre venu des Balkans.

22/08/2012

Aubry, les Rroms, le Nord-Pas de Calais...

COMMUNIQUE APRES LA RENCONTRE DE LA LDH AVEC MARTINE AUBRY

«La LDH a participé au sein de la délégation du collectif Roms à la rencontre du 20 août avec Martine Aubry, présidente de la Communauté urbaine de Lille. Elle y a réexprimé sa condamnation ferme du démantèlement sans relogement des campements de Villeneuve d’Ascq et notamment de la Friche d’Hellemmes.

démantèlements,roms,aubry
Stes-Maries-de-la-Mer
Ferdinando Scianna - Magnum

La LDH a entendu les explications de Martine Aubry assumant les démantèlements mais regrettant que les Préfectures n’aient pas organisé les relogements hors de la Communauté urbaine. La LDH estime que cette explication marque pour le moins les dysfonctionnements du pouvoir entre ministre, préfets, partis de gouvernement, élus…

Martine Aubry a répondu favorablement aux demandes relatives à la tenue d’une conférence régionale en octobre et à la levée des mesures transitoires concernant le travail des Roms.

Sur la situation actuelle dans la Métropole lilloise, elle s’est engagée à trouver rapidement avec le Préfet de Région une solution digne pour les 200 personnes de ND des Victoires et de Villeneuve d’Ascq. Elle a précisé quelques points sur l’accueil de 1500 Roms sur la Communauté urbaine de Lille et affirmé que la France et la Région avaient les moyens d’accueillir dignement les Roms actuellement présents.

La LDH a enregistré ces engagements.

Consciente qu’il n’existe pas de solution digne pour les Roms en dehors de l’engagement du Conseil Régional, des Préfectures, des Conseils Généraux et de l’ensemble des Communautés d’agglomération, la Délégation Régionale de la LDH suivra avec vigilance la réalisation des promesses exprimées par la Présidente de LMCU.

Comme elle l’a fait dans le passé et notamment lors de la dernière crise, elle donnera son opinion, ses critiques et ses suggestions à chaque étape d’une réalisation qu’elle souhaite rapide et sans traumatisme pour les Roms.»                                 

Lille, le 21 août 2012

Gérard Minet, Délégué Régional de la LDH
Délégation régionale Nord-Pas de Calais
5 rue de Saint-Omer 59 000 Lille

Valls peut-il se sentir concerné ?

En a -t-il l'intention, les moyens ?... N'aurait-il rien d'autre à faire ?...

A moins de vouloir donner des gages à un électorat xénophobe, comment un individu, fut-il ministre, peut-il un jour défendre l'honneur perdu d'un forniqueur compulsif qu'il présume innocent, et s'acharner le lendemain, à grands coups d'arguties absurdes qui relèvent de l’hypocrisie autant que de la mauvaise foi, sur des personnes dont le seul crime est d’être Rrom et sans défense.

En novembre 1996, la franchise d’Albert Jacquard avait fini par donner lieu à une décision de justice reconnaissant la primauté de la conscience individuelle sur le droit positif.

Le syndicat Alliance avait fait assigner Albert Jacquard, en raison de propos qu’il avait tenus à la télévision au cours de l’émission "les Quatre vérités" sur France 2. En effet, commentant l’évacuation de l’Eglise Saint-Bernard par les forces de l’ordre, le 23 août 1996, Albert Jacquard avait notamment déclaré :

« Donc j’espère que Monsieur Xavier Emmanuelli démissionnera dans la journée et que d’autres ministres, tous ceux qui ont vraiment à coeur l’honneur de la France, démissionneront. Il faut leur rappeler ce qui s’est passé en 43, en 43 aussi le gouvernement de Pétain appliquait la loi... »

« C’est mon devoir de Français et aujourd’hui [...] c’est le devoir de tous les Français d’aller à Saint-Bernard pour dire non et c’est même le devoir des forces de l’ordre. Sinon elles vont avoir exactement la même attitude que les flics français quand ils sont allés au Vel d’Hiv. »

Le syndicat de policiers avait considéré que ces propos étaient « constitutifs du délit d’outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique » et « du délit de diffamation publique envers des fonctionnaires publics », estimant que « le fait de comparer l’intervention des fonctionnaires de police chargés de l’évacuation de l’église Saint-Bernard à la rafle du Vel d’Hiv est outrageant et infamant à leur égard ».

Devant le tribunal, Albert Jacquard, représenté par Me Jean-Jacques de Félice, a exposé que ses propos ne pouvaient être considérés comme fautifs, « s’agissant d’un appel au respect d’obligations inscrites dans la Déclaration des Droits de l’Homme, dans la Constitution ou dans la Convention Européenne des Droits de l’Homme. »

Le TGI de Paris a débouté par un jugement du 5 novembre 1997 le syndicat Alliance de toutes ses demandes, avec les attendus suivants :

« En s’adressant aux forces de l’ordre public, en les appelant à la désobéissance et en comparant, au cas où il ne serait pas entendu, leur attitude à celle qu’ont eue les “flics” français quant ils sont allés au Vel d’Hiv, Albert Jacquard, dans une objurgation qui ne comporte en elle-même aucune connotation péjorative, ni termes de mépris ou d’injure à l’égard de leur fonction, et qui s’inscrit manifestement dans une critique des actes de l’autorité publique, les a invités, selon les convictions personnelles qui sont les siennes, à une prise de conscience qui lui paraissait conforme à ce qu’il estime devoir être l’ honneur de leur profession ; »

« Quelqu’excessive que puisse être ressentie par ceux auxquels elle s’adresse la comparaison avec l’attitude de leurs prédécesseurs dans les mêmes fonctions durant la période de l’occupation, ces propos, se référant explicitement, dans un contexte politique, à un devoir qui, selon leur auteur, s’impose à tous lorsque les circonstances font apparaître une contradiction entre le droit positif et la conscience individuelle, ne sont pas de nature à porter atteinte à la dignité ou au respect des membres de la profession en cause ; »

Le jugement a été confirmé en appel le 21 mai 1999.

15/08/2012

Qui est de trop ?

Le 14 oct. 2010 Tony Gatlif était interviewé sur euronewsfr :

… Rien n’a changé, et c’est encore plus écœurant avec ce gouvernement là !

rrom,expulsions,valls, que celui qui est de trop s'en aille

«

A Lyon, le mardi 14 août 2012 : Expulsions sans relogement, retours contraints ...

L'ÉTAT POURSUIT AU COEUR DE L'ÉTÉ UNE POLITIQUE DISCRIMINANTE

Il y a un mois, la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l'Homme communiquait déjà les expulsions de squats de Rroms, sans solution de relogement.

Aujourd'hui, en plein cœur d'août, la Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l'Homme doit faire l'amer constat de la continuité d’une politique discriminatoire qui montre du doigt cette population rrom, déjà malmenée sous le précédent gouvernement, une politique qui continue à les mettre en danger.

L’expulsion ce matin du 63 rue Montesquieu, qui n’avait pas eu lieu le 10 août comme nous en avions été informés, est une preuve de plus de l’acharnement voulu contre cette population. Après l’espoir du respect du à ces habitants le couperet vengeur est tombé. Les associations actives sur le terrain sont débordées par l’ampleur de la tâche.

L’expérience de terrain démontre qu’une telle politique est absurde et inopérante. Inopérante pour plusieurs raisons :

- Les déplacements forcés incessants des populations ont des conséquences humaines dramatiques, avec une absence de scolarité durable alors qu’il y a là un enjeu majeur pour l’intégration, des conditions d’hygiène et de vie déplorables, des difficultés de soins,…

- Le renvoi en Roumanie, sur la base d’un pseudo-volontariat, est inefficace, car la très grande majorité des gens revient ; cela coûte cher pour une absence de résultat réel, avec cet argent gaspillé, d’autres projets pourraient-être envisagés.

- La plupart des Rroms ainsi expulsés à grands renforts médiatiques sont déterminés à rester en France et la plupart ne sont pas expulsables.

Malgré les déclarations du ministre de l'Intérieur, ces expulsions médiatisées signent la poursuite d'une logique de discrimination. Les Rroms continuent à servir de variable d'ajustement à une politique qui confond consciemment « immigration » et « insécurité ».

Ces Rroms, pour le plus grand nombre, sont membres de l’Union européenne. Ils ont leur place ici au même titre que les autres membres de la communauté européenne.

La Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l'Homme, présente sur les multiples expulsions pratiquées sur le Grand Lyon ces derniers jours, travaille en lien étroit avec les autres associations concernées et cherche à trouver des solutions au drame que vivent ces familles pourchassées jusque sur le trottoir.

Une autre politique doit être demandée aux Préfets. La réponse à Romeurope du candidat François HOLLANDE, aujourd'hui président de la République, du 22 février 2012, doit servir de feuille de route. Les engagements pour une nouvelle politique vis-à-vis des Rroms y sont clairs. Les citoyens français, les associations engagées auprès d’eux attendent cela d’un gouvernement socialiste.

Le président fédéral de Ligue des Droits de l'Homme
Contact presse : Jacques DUMORTIER,
Délégué fédéral « Rroms » et « Gens du Voyage »
06 10 36 83 54

»

Que celui qui est de trop s'en aille !

30/07/2012

Envers et contre Coubertin

Limiter les performances sportives à ce qu’elles montrent c’est ignorer tout ce qu’elles escamotent ne serait-ce que dans leur propre secteur qui, au contraire de ce qu’il prétend, est loin de toucher à l’universel. Sans doute le jeu en vaut-il la chandelle et le non temps consacré au décervelage, l’anesthésie populiste.

Il est par exemple, peu probable que les jeux et enjeux des JO de Londres 2012 soient choisis comme l’occasion de révéler au grand nombre d’individus qui les suivent la face caché du triste baron Pierre de Coubertin...

Très influencé par quelques auteurs comme Francis Galton (1822-1911) naturaliste britannique, fondateur de l'eugénisme qui s'efforça toute sa vie de démontrer l'inégalité des races humaines ou Joseph Arthur de Gobineau, (1816-1882) l'un des inspirateur du caractère raciste de l'idéologie nazie (Essai sur l'inégalité des races humaines), Coubertin ne cacha pas de son vivant, ses idées ouvertement racistes et misogynes.

En 1894, Coubertin (1863-1937) rassemble autour de lui des représentants de 12 pays : l'objectif est de ressusciter les jeux olympiques antiques. Ils auront lieu deux ans plus tard à Athènes. Pour Coubertin, il s'agit de manifester aux yeux du monde la supériorité de l'occident, et surtout de prouver dans le cadre des jeux, la perfection de "l'homme blanc", autant sur le plan physique que spirituel.

Jesse Owens, JO 2012Pour Coubertin, la beauté des corps répondant à l'antique esthétique des athlètes grecs ne peut se retrouver que chez des compétiteurs Européens. Cette supposée perfection européenne doit donc se manifester clairement par une supériorité en terme de performances, cela au détriment des autres "races" considérées comme inférieures.

Resserrement du cadre idéologique proposé par le baron pour une "renaissance" des jeux Olympiques modernes :

Les femmes interdites d'accès, les "Nègres", Indiens et autres "métèques" tolérés dans le rôle de faire valoir. On retiendra d'ailleurs que pour la troisième olympiade de 1904 à St Louis au Etats-Unis, les compétitions furent organisées séparément, ceci en fonction de la "race" des compétiteurs. Les organisateurs Américains considéraient en effet les Pygmées, Turcs, Syriens et autres Sioux comme des trublions exotiques, indignes d'être comparés à la fine fleur de l'athlétisme.

Quant à Coubertin, malgré le succès grandissant des J.O. modernes, il ne cesse de tempêter contre le laxisme ethnique des jeux et surtout l'éventuelle participation des femmes aux Olympiades.
" Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est, à mes yeux, l'adulte mâle individuel. Les Jeux Olympiques doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs."

Pour lui, la revendication d'une participation féminine était ressentie comme un affront majeur à la grandeur et à la pureté originelle de cette compétition. Néanmoins, la pression grandissante des mouvements féministes au cours des années 1920 finira par abattre la réglementation misogyne du comité international olympique, si bien qu'en 1928, aux jeux d'Amsterdam, (contre l'avis de Coubertin bien sûr !) les femmes, au nombre de 290, font leur entrée remarquée aux épreuves d'athlétisme.

Écœuré, Coubertin s'éloigne du comité Olympique international dont il a démissionné de la présidence en 1925, pour se rapprocher de celui de l'Allemagne, qui selon lui, est plus proche de l'idéal Olympique.
Coubertin était donc loin d'être le philanthrope que l’on nous vend.

Mais alors, pourquoi vouloir faire croire le contraire ?...

Autres citations (quelques unes) et anecdote :

  • "À la race blanche, d'essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance".   
  • "Il y a deux races distinctes : celles au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l'air vaincu. Hé bien ! C'est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n'est appréciable qu'aux forts." (In "Education anglaise")
  • "La théorie de l'égalité des droits pour toutes les races humaines, conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. Sans naturellement (sic) s'abaisser, à l'esclavage ou même à une forme adoucie du servage, la race supérieure attribue ( ?) à la race inférieure certains privilèges de la vie civilisée." (In The review of the reviews avril 1901).
  • Anecdote : Coubertin n'est pas l'auteur de la formule «l'important n'est pas de vaincre mais de participer". Celle-ci a été prononcée par Ethelbert Talbot, évêque de Pennsylvanie à Londres avant le début des jeux de 1908.

Une grande partie du texte qui précède est issue de la version censurée par wikipédia en 2005 (sauvegardée en page de discussion et signée EC).

24/07/2012

Rafle du Vél d'Hiv

Pendant que l’on s’écharpe ici et là sur le bien fondé et les approximations formelles d’un discours présidentiel en commémoration de la rafle du Vel’d’Hiv (réf. et annexes), il est surprenant que nous ne soyons toujours pas en mesure d’utiliser ce qui constitue la substance et le sens de cette mémoire pour éviter de nous enfoncer dans la négation de l’Autre.

Vel d'Hiv, commémoration 2012

Si l’on ne retient de l’Histoire que sa chronologie circonstanciée comment pourra-t-on à en tirer une leçon de portée universelle ?

Car il s’agit bien de dépasser la chronologie des faits, aussi nécessaire et exacte puisse-t-elle être : ce à quoi, visiblement englués dans la polémique du jour, nous ne sommes pas parvenus.
Dans le cas contraire, nous n’aurions pas à plaider pour réhabiliter la philosophie, la conscience de l'Autre (j’insiste pour la majuscule) ou le simple fait de penser (de préférence sans les médias qui font profession de le faire à notre place).
Du devoir de mémoire, nous aurions alors fait œuvre utile envers et contre tout négationnisme et l’aurions même fait reculer. Ce qui malheureusement, pourrait-on en convenir, n’est pas vraiment le cas.

23/07/2012

Surf humanitaire

Note de lecture : Défendre les droits de l’homme n’a jamais autant nécessité de s’engager à défendre les droits économiques, culturels et sociaux.

La charité militante a jusqu’ici consisté à donner quelques miettes aux plus déshérités pour aboutir, sans que les militants eux-mêmes en aient vraiment conscience, à ce que les plus faibles restent à leur place ou disparaissent ou remercient.

"Donner, c'est manifester sa supériorité, ... ; accepter sans rendre ou sans rendre plus, c'est se subordonner..."
dixit Marcel Mauss, auteur d’un essai sur le don , dans « Sociologie et anthropologie ».

Or la charité est une relation émotionnelle et dissymétrique - à sens unique - très peu susceptible de « remettre l’humain » à la place centrale qu’il doit occuper, la charité ne maintenant l'ordre social qu’en son état inégalitaire alors que défendre les Droits de l’Homme nécessiterait de modifier cet ordre, ce système.

Existent évidemment des situations d'urgence - famines, guerre, accidents, catastrophes écologiques, tracasseries administratives et/ou policières -, conséquences de la gestion irrationnelle de notre monde, où l'intervention "humanitaire", caritative, permet de sauver des vies, d'alléger les souffrances, de rassurer et d’entourer momentanément des victimes plus ou moins isolées. Mais cela ne permet en aucun cas de résoudre les problèmes de fond qui sous-tendent ces situations et d'empêcher leur répétition à l’infini.

surf humanitaire, essai sur le don, droits de l'homme

Mieux, cela dédouane, supplée et finit par cautionner les politiques de gestion forcément insuffisantes en matière de défense des droits humains. (Voir note précédente)

A moins de croire que la théorie du don, frappé d’i-réciprocité par le système néolibéral, permette de rendre « viable » l’ordre du monde, « l’humanitaire » risque de ne satisfaire que ses adeptes et militants, sous couvert de panser à l’emplâtre les atteintes faites au corps social.

Une façon toute sociale-démocrate d’éviter d’en affronter vraiment les causes, la racine, et de surfer sur l’humanitaire, l’écorce.

Au surplus, d'après la « Chronique de l’intolérable du quinquennat du successeur de Nicolas Sarkozy », « ce qui était inacceptable sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy le reste sous celui de son successeur. » Réseau Éducation Sans Frontières.

 

 

08/07/2012

La rigueur, c'est pas sérieux

Le mot "rigueur" est donc une grossièreté à éviter. A tout prix. Et c’est bien pourquoi il faut lui préférer celui de "sérieux", même si de tous les antonymes de la litote « assumée » (dire moins pour suggérer plus) certains peuvent avoir un sens proche de la réalité : absurde.

Par exemple :

Sachant qu'un rapport du sénat de 2009 évalue le coût d’une expulsion à 20 970 € par personne...

En annonçant qu’il excluait d'aller  au-delà des quelque 30000 régularisations annuelles décidées sous le gouvernement Fillon, Manuel Valls laisse entendre qu’il en expulsera autant. Au moins ?  Guéant, allez savoir pourquoi, rêvait de 40 000 expulsions l’an.

Sur cette base, et si l’on en croit les sénateurs qui se sont donc penché sur la question, l’ensemble des contribuables devra dépenser 839 Millions d’euros compte non tenu des hausses tarifaires intervenues depuis 2009 !

De quoi faire des jaloux et aviver les aigreurs d’autant que ces expulsions touchent en priorité les citoyens roumains, malheureusement choisis comme bouc-émissaires, et qui, faisant partie intégrante de l’Union européenne, peuvent aller et venir dans cet espace, à leur gré ou presque.

La logique -- rigoureuse - voudrait qu’a minima des solutions de logement alternatif leurs soient proposées en lieu et place de ces expulsions qui ne disent pas leur nom, qui attisent les ressentiments, accentuent l’in-sécurisation généralisée et finissent par "peser" sur Bercy.

C’est en tout cas ce qui ressort de la demande faite par le Collectif national droits de l’Homme Romeurope au 1er ministre.

rigueur,roms,expulsions

Mais dans les ministères, on préfère au mot « expulsion » celui d’« ARH » (aide au retour humanitaire), nettement plus "gratifiant" puisque « l’aide au retour humanitaire est attribuée aux étrangers en situation de dénuement et de grande précarité séjournant en France depuis au moins trois mois ». (Cette aide consiste à offrir un billet d’avion et un petit pécule - 300 € par adulte et 100 € par enfant - à des personnes en situation de détresse présentes depuis au moins 3 mois en France. Ce qui équivaut, bon an mal an et au final à ces 839 M d’€.)  

Une manne pour qui veut se donner la peine d’organiser des navettes !

En fait, et dans le cas des Roms, l’ARH est une façon, très « sérieuse », de vider leur camps sans attendre que les tribunaux aient pris de temps de délibérer et de contourner la condamnation dont la France a écopé par décision du Conseil de l’Europe, lequel a dénoncé une violation du droit au logement et exigé des garanties relatives à l'expulsion inscrites dans la Charte sociale européenne.

Mise à jour du 9 juillet 2012

02/07/2012

Le manifeste censuré de Camus

Dans une note précédente, un communiqué de la section LDH d’Aix en Provence faisait état de « réticences » culturelles associées à des « complaisances » honteuses elles-mêmes liées à un devoir de mémoire non assumé de la part du maire de cette ville.
Résultat : un imbroglio sciemment orchestré qui a été à l’origine de difficultés éprouvées par les organisateurs d’une exposition consacrée à Albert Camus dans le cadre de Marseille-Provence capitale européenne de la culture 2013.

A la veille de commémorer l’anniversaire de l’indépendance de l’Algérie - 5 juillet 1962 -, les rancœurs des tenants de l’Algérie Française ressurgissent encore aujourd’hui et illustrent l'origine de la censure dont a été victime Camus autant que la cause anticoloniale et pacifiste dont il a voulu faire bénéficier ses semblables en Algérie comme en France.

On sait en effet qu’en 1939, l’auteur de La Chute a publié, dans divers journaux, des articles dénonçant la politique de répression contre les nationalistes algériens et l’étouffement de toutes les revendications du PPA (Parti du peuple algérien). Certains d'entre eux ont été censurés.

A propos de cette censure, un inédit de Camus a été exhumé des Archives Nationales d’Outre-Mer, lesquelles - coïncidence - se trouvent à Aix-en-Provence.

manifeste censuré d'Albert Camus

Ce texte traite de la liberté de la presse, du rôle du « journaliste libre », de la désinformation qui existait déjà, et qui est encore, très largement, mise en évidence sur la scène médiatique pour qui veut se donner la peine de s'y soustraire.

« 

Il est difficile aujourd’hui d’évoquer la liberté de la presse sans être taxé d’extravagance, accusé d’être Mata-Hari, de se voir convaincre d’être le neveu de Staline.

Pourtant cette liberté parmi d’autres n’est qu’un des visages de la liberté tout court et l’on comprendra notre obstination à la défendre si l’on veut bien admettre qu’il n’y a point d’autre façon de gagner réellement la guerre.

Certes, toute liberté a ses limites. Encore faut-il qu’elles soient librement reconnues. Sur les obstacles qui sont apportés aujourd’hui à la liberté de pensée, nous avons d’ailleurs dit tout ce que nous avons pu dire et nous dirons encore, et à satiété, tout ce qu’il nous sera possible de dire. En particulier, nous ne nous étonnerons jamais assez, le principe de la censure une fois imposé, que la reproduction des textes publiés en France et visés par les censeurs métropolitains soit interdite au Soir républicain, par exemple. Le fait qu’à cet égard un journal dépend de l’humeur ou de la compétence d’un homme démontre mieux qu’autre chose le degré d’inconscience où nous sommes parvenus.

Un des bons préceptes d’une philosophie digne de ce nom est de ne jamais se répandre en lamentations inutiles en face d’un état de fait qui ne peut plus être évité. La question en France n’est plus aujourd’hui de savoir comment préserver les libertés de la presse. Elle est de chercher comment, en face de la suppression de ces libertés, un journaliste peut rester libre. Le problème n’intéresse plus la collectivité. Il concerne l’individu.

Et justement ce qu’il nous plairait de définir ici, ce sont les conditions et les moyens par lesquels, au sein même de la guerre et de ses servitudes, la liberté peut être, non seulement préservée, mais encore manifestée.

Ces moyens sont au nombre de quatre : la lucidité, le refus, l’ironie et l’obstination.

La lucidité suppose la résistance aux entraînements de la haine et au culte de la fatalité. Dans le monde de notre expérience, il est certain que tout peut être évité. La guerre elle-même, qui est un phénomène humain, peut être à tous les moments évitée ou arrêtée par des moyens humains. Il suffit de connaître l’histoire des dernières années de la politique européenne pour être certains que la guerre, quelle qu’elle soit, a des causes évidentes. Cette vue claire des choses exclut la haine aveugle et le désespoir qui laisse faire. Un journaliste libre, en 1939, ne désespère pas et lutte pour ce qu’il croit vrai comme si son action pouvait
influer sur le cours des événements. Il ne publie rien qui puisse exciter à la haine ou provoquer le désespoir. Tout cela est en son pouvoir.

En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d’opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Or, et pour peu qu’on connaisse le mécanisme des informations, il est facile de s’assurer de l’authenticité d’une nouvelle. C’est à cela qu’un journaliste libre doit donner toute son attention. Car, s’il ne peut dire tout ce qu’il pense, il lui est possible de ne pas dire ce qu’il ne pense pas ou qu’il croit faux. Et c’est ainsi qu’un journal libre se mesure autant à ce qu’il dit qu’à ce qu’il ne dit pas. Cette liberté toute négative est, de loin, la plus importante de toutes, si l’on sait la maintenir. Car elle prépare l’avènement de la vraie liberté. En conséquence, un journal indépendant donne l’origine de ses informations, aide le public à les évaluer, répudie le bourrage de crâne, supprime les invectives, pallie par des commentaires l’uniformisation des informations et, en bref, sert la vérité dans la mesure humaine de ses forces. Cette mesure, si relative qu’elle soit, lui permet du moins de refuser ce qu’aucune force au monde ne pourrait lui faire accepter : servile mensonge.

Nous en venons ainsi à l’ironie. On peut poser en principe qu’un esprit qui a le goût et les moyens d’imposer la contrainte est imperméable à l’ironie. On ne voit pas Hitler, pour ne prendre qu’un exemple parmi d’autres, utiliser l’ironie socratique. Il reste donc que l’ironie demeure une arme sans précédent contre les trop puissants. Elle complète le refus en ce sens qu’elle permet, non plus de rejeter ce qui est faux, mais de dire souvent ce qui est vrai. Un journaliste libre, en 1939, ne se fait pas trop d’illusions sur l’intelligence de ceux qui l’oppriment. Il est pessimiste en ce qui regarde l’homme. Une vérité énoncée sur un ton dogmatique est censurée neuf fois sur dix. La même vérité dite plaisamment ne l’est que cinq fois sur dix. Cette disposition figure assez exactement les possibilités de l’intelligence humaine. Elle explique également que des journaux français comme Le Merle ou Le Canard enchaîné puissent publier régulièrement les courageux articles que l’on sait. Un journaliste libre, en 1939, est donc nécessairement ironique, encore que ce soit souvent à son corps défendant. Mais la vérité et la liberté sont des maîtresses exigeantes puisqu’elles ont peu d’amants.

Cette attitude d’esprit brièvement définie, il est évident qu’elle ne saurait se soutenir efficacement sans un minimum d’obstination. Bien des obstacles sont mis à la liberté d’expression. Ce ne sont pas les plus sévères qui peuvent décourager un esprit. Car les menaces, les suspensions, les poursuites obtiennent généralement en France l’effet contraire à celui qu’on se propose. Mais il faut convenir qu’il est des obstacles décourageants : la constance dans la sottise, la veulerie organisée, l’inintelligence agressive, et nous en passons. Là est le grand obstacle dont il faut triompher. L’obstination est ici vertu cardinale. Par un paradoxe curieux mais évident, elle se met alors au service de l’objectivité et de la tolérance.

Voici donc un ensemble de règles pour préserver la liberté jusqu’au sein de la servitude. Et après ?, dira-t-on. Après ? Ne soyons pas trop pressés. Si seulement chaque Français voulait bien maintenir dans sa sphère tout ce qu’il croit vrai et juste, s’il voulait aider pour sa faible part au maintien de la liberté, résister à l’abandon et faire connaître sa volonté, alors et alors seulement cette guerre serait gagnée, au sens profond du mot.

Oui, c’est souvent à son corps défendant qu’un esprit libre de ce siècle fait sentir son ironie. Que trouver de plaisant dans ce monde enflammé ? Mais la vertu de l’homme est de se maintenir en face de tout ce qui le nie. Personne ne veut recommencer dans vingt-cinq ans la double expérience de 1914 et de 1939. Il faut donc essayer une méthode encore toute nouvelle qui serait la justice et la générosité. Mais celles-ci ne s’expriment que dans des cœurs déjà libres et dans les esprits encore clairvoyants. Former ces cœurs et ces esprits, les réveiller plutôt, c’est la tâche à la fois modeste et ambitieuse qui revient à l’homme indépendant. Il faut s’y tenir sans voir plus avant. L’histoire tiendra ou ne tiendra pas compte de ces efforts. Mais ils auront été faits. 

»

27/06/2012

Mikis Théodorakis, antisémite ?!!!

Parmi les faits, très rares, dont les prédécesseurs du gouvernement Ayrault peuvent se vanter, il en est un qui ne devrait pas passer inaperçu : avoir élevé Mikis Théodorakis au rang de commandeur de la Légion d’Honneur.

Jean-François Copé, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet, n’ont cependant pas hésité à son sujet, à avancer quelques contrevérités qui les rendent clairement coupables de diffamation:

  1. Mikis Théodorakis est antisémite
  2. Jean Luc Mélenchon est l’ami de Mikis Théodorakis
  3. Donc Jean Luc Mélenchon est antisémite

Le sophisme pourrait évidemment très facilement se retourner contre ses auteurs en changeant la seconde proposition par Jean-François Copé, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet ont décoré Mikis Théodorakis de la Légion d’Honneur, … donc Jean-François Copé, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet sont (ou décorent des) antisémites.

Autre élément de réflexion : JLM n’a jamais rencontré Mikis Théodorakis, ne serait-ce que le jour où il a reçu cette décoration, ce que l’on regrette mais que l’on ne saurait reproché au leader du FdG.

Mais la question n'est pas là et quoiqu’il en soit de cette polémique construite sans aucun égard pour les victimes juives de la Shoah, le compositeur grec leur a répondu ce qui suit :

«Je suis Grec et fier de l’être, car nous sommes le seul peuple en Europe qui, pendant l’occupation allemande (1941-1944), non seulement n’a pas exercé de poursuites contre les Juifs mais, au contraire, les a aidés à vivre et à survivre avec tous les moyens dont nous disposions.

À l’époque, J’étais moi-même partisan de l’Armée populaire de Libération et je me souviens que nous avions pris sous notre protection de nombreuses familles de Juifs Grecs, que nous nous sommes souvent battus contre les SS pour les sauver et beaucoup d’entre nous l’ont payé de leur vie.

Trilogie Mathausen, Théodorakis

Plus tard, j’ai composé le cycle “Mauthausen” que, notamment en Israël, l’on considère quasiment comme un hymne national. J’ai ressenti une des plus grandes émotions de ma vie quand, dans les années 80, il m’a été accordé de diriger cette œuvre sur le site du camp de concentration de Mauthausen, tout d’abord chantée en grec par sa première interprète, Maria Farantouri, puis en allemand par Gisela May et en hébreu par la chanteuse israélienne, Elinoar Moav. Je l’ai dirigée une fois encore sur ces lieux et, depuis lors, l’œuvre enregistrée est diffusée sans interruption sur le site du camp.

En 1972, j’ai bravé le boycottage européen et j’ai donné des dizaines de concerts en Israël, des moments que je qualifierais d’historiques en raison des liens d’amour mutuel qui nous unissaient.

À cette même époque, Yigal Allon, alors Vice-Premier ministre du gouvernement israélien et Ministre de l’Éducation et de la Culture, m’a confié une première mission, celle de transmettre un message de paix à Arafat au nom de son gouvernement. C’est dans cette intention que je l’ai rencontré à Beyrouth et, à cette occasion, j’ai donné une conférence de presse dans une salle. Un groupe de fanatiques Palestiniens avait décidé de m’abattre, car il me considérait comme un complice des Juifs. C’est Arafat lui-même qui me l’a dit le lendemain avec, à ses côtés… le groupe de mes assassins en puissance. Qu’est-ce qui m’a sauvé ? Mon amour authentique pour les deux peuples martyrs : les Juifs et les Palestiniens.

«Quand on t’a entendu pendant la conférence de presse», m’ont-ils dit, « on a compris que nous nous trompions». Qu’est-ce que j’avais dit au cours de la conférence de presse ? «Le conflit qui vous oppose ne sera pas résolu par les armes, mais par la compréhension mutuelle. De l’autre côté, il y a des hommes ordinaires qui vous ressemblent, simples et travailleurs, capables d’aimer et qui, comme vous, aiment leur famille et leur pays. C’est eux que vous devez trouver, parce que c’est avec eux que vous pourrez vivre dans la paix».

Arafat m’a dit : «Tu as chanté les Juifs et tu as eu raison, car eux aussi c’est un peuple tourmenté. Comme nous. Alors, s’il te plaît, écris une chanson pour nous aussi…». C’est ainsi que j’ai écrit aussi un chant pour le peuple palestinien qui est devenu son Hymne national.

Bien plus tard, à l’occasion de la remise du prix Nobel de la Paix à Rabin (Israël) et à Arafat (Palestine), l’orchestre symphonique d’Oslo avec, en soliste, l’interprète finlandaise Arja Saijonmaa a joué “Mauthausen” en hommage à Israël et le chant que j’avais composé, reconnu comme Hymne National, en l’honneur du peuple palestinien. Ce moment symbolique suffit à démontrer la place que j’occupe dans l’esprit et dans les cœurs des deux peuples.

Je suis souvent allé en Israël, en Palestine et au Liban et c’était chaque fois la paix, l’amitié, la coexistence et la coopération entre ces deux peuples martyrs qui occupaient mes pensées. En tant que Grec, je me sens proche d’eux, comme si nous appartenions à la même famille. Et pourtant, pour certains fanatiques d’un côté comme de l’autre, je suis la cape rouge agitée devant le taureau.. Pourquoi ? Parce que j’ai la franchise et le courage de dire la vérité et de la dire même dans la gueule du loup. Ainsi, quand je suis en Palestine je m’exprime ouvertement et publiquement contre les fanatiques qui me haïssent et, quand je suis en Israël, je fais de même en critiquant tout aussi ouvertement et publiquement les fanatiques qui, en raison de la diaspora juive présente dans tous les pays du monde, ont la possibilité de transformer leur haine en venin et en mensonges monstrueux.

Dans mon opéra «les Métamorphoses de Dionysos» (dont j’ai écrit aussi le livret), il y a une scène où des Juifs sont déportés par des SS dans des camps d’extermination. Il s’agit d’un moment crucial de l’œuvre, d’une condamnation du Nazisme qui dévoile d’une façon très humaine, l’affliction psychique et intellectuelle que je ressens devant les souffrances des Juifs.

D’ailleurs, la dénonciation du racisme et la défense de ses victimes ont guidé mes décisions et mes actes tout au long de ma vie. Une vie jalonnée de poursuites qui m’ont souvent poussé jusqu’au seuil de la mort.

Donc, me qualifier de raciste et d’antisémite n’est pas une simple calomnie, mais l’expression de la pire bassesse morale, issue le plus souvent de cercles proches d’organisations et d’individus opérant dans la mouvance du Néonazisme et auxquels la crise a permis de relever la tête pour nous menacer et –incroyable, mais vrai– nous accuser, eux, d’….antisémitisme en utilisant un arsenal de mensonges et de déclarations insidieuses!

Il suffit de dire, par erreur manifeste, dans une interview de trois heures «antisémite» au lieu de «antiraciste», et on s’empare d’une seule et unique phrase dont on isole un mot, brandi comme un étendard, tout simplement pour servir l’intention de m’incriminer. Combien d’années était-on aux aguets pour une simple erreur ? Le mot «antisémite» correspond-il vraiment à ce qui suit ? «J’aime le peuple juif avec lequel nous avons vécu et souffert en Grèce pendant des années et je hais l’antisémitisme». Je suppose que mes différents ennemis se sont bien gardés de citer ces paroles. Et pourtant, c’est EXACTEMENT la phrase qui suit. Ce n’est pas quelque chose que je viens d’inventer, après-coup, en guise d’alibi. Il en EST ainsi et il est facile de le prouver de façon incontestable en écoutant TOUTE la phrase, exactement comme je l’ai prononcée et non pas en la tronquant comme l’ont voulu mes adversaires.

Peut-être va-t-on se demander pourquoi et comment certains persistent à vouloir discréditer un ami si fidèle d’Israël et des Juifs et tentent de me faire passer à tout prix pour un antisémite. (De qui parle-t-on ? De quelqu’un qui a connu les sous-sols de la Gestapo pour les sauver !)…

Toutefois, la réponse est finalement simple : beaucoup de mes amis juifs sont d’accord avec moi. Certains sont d’accord avec moi,-même s’ils vivent en Israël, donc dans la tourmente quotidienne des évènements. Alors, si les simples citoyens du peuple d’Israël entendent mes idées, telles qu’elles sont réellement exprimées, ils « risqueraient » (selon mes ennemis, bien sûr) d’être d’accord avec moi, en pensant que la solution du problème ne se trouve pas dans la violence et les armes, mais dans la coexistence et la paix. Ce qui ne plaît pas du tout à mes adversaires car, bien sûr, j’ai –à plusieurs reprises– totalement désapprouvé la politique de l’État d’Israël et j’ai exprimé ce désaccord avec force et de la façon la plus claire et la plus catégorique (comme je fais toujours). Pour ne pas courir le risque que ces citoyens se rangent à mes opinions, ils ne doivent pas les entendre. Et quelle est la meilleure et la plus sûre façon de procéder pour arriver à ses fins ? Et bien, leur tactique habituelle : me coller «l’étiquette» d’antisémite, de sorte qu’aucun Juif, où qu’il se trouve, ne veuille plus entendre non seulement mes idées, mais même mon nom.

Et maintenant, particulièrement en France où brusquement on «s’est souvenu» d’une interview donnée il environ un an et demi, il existe -de toute évidence- une autre raison: porter atteinte à la Gauche. Leur prétendu «argument» (qui est totalement mensonger) est que son leader, M. Mélenchon me connaît et que, par conséquent…il a des amis antisémites ! Toutefois, la vérité –malheureusement pour eux– est évidente et je pense que tout homme animé de bonnes intentions peut s’en rendre compte.

Donc, même si après la lecture de ce qui précède, certains persistent encore à me faire passer pour quelqu’un que je n’ai jamais été et que, bien sûr, je ne suis pas, le doute n’est plus permis. Tout est fait sciemment pour servir d’autres finalités, car ma foi inébranlable dans la paix et la coexistence de ces deux peuples martyrs dérange plus d’un.»

Athènes, le 15 juin 2012
Mikis Théodorakis
mikis@mikistheodorakis.gr